La pub ou toutes ces produits qui nous coupent de notre ressenti

La pub ou tous ces produits qui nous coupent de notre ressenti

La pub ou tous ces produits qui nous coupent de notre ressenti 2400 1256 La vie en plus simple | Mélanie Blanc

Je veux pas dire que je suis une méga précurseuse (ça sonne bizarre au féminin, comme pleins de mots d’ailleurs mais on va s’y habituer à force! 😉 ) mais je dois dire que j’utilise une Mooncup (ou coupe menstruelle) depuis plusieurs années.

J’ai commencé à l’utiliser quand ça devenait déjà pas mal la mode dans un cercle d’initiées du Zéro Déchet mais pas encore suffisamment populaire pour que ça inonde le marché… et les magazines féminins. (De la poule ou de l’œuf, je ne sais pas vraiment dans quel sens ça va.)

Bref, j’ai commencé à l’utiliser à une époque où les gens faisaient plutôt Beurk quand j’en parlais plutôt que Ah ouais?! Trop cool!!!!!!! Moi aussi! C’est génial, non?!

Quand j’ai voulu essayé, il a fallu que j’aille sur internet pour en trouver une. On n’en trouvait pas encore partout. Donc autant vous dire que j’avais juste le choix entre deux tailles et pas vraiment de choix concernant la matière, la forme,…

C’était le bon vieux temps, ma p’tite dame!!!!

Ces derniers temps, je suis tombée sur plusieurs reportages sur une nouvelle boutique qui a ouvert et qui propose une multitude d’accessoires pour les règles à la “sauce” Zéro Déchet.

Et qu’est-ce que je vois quand il y a soudain un gros plan sur l’étagère des Mooncups? Des Mooncups trop jolies. Tellement jolies que j’avais envie de filer dans cette boutique pour en acheter quelques-unes et les exposer dans ma salle de bain plutôt que de les planquer afin que mon homme (ou la femme de ménage) ne tombe surtout pas dessus.

Alors que le but de la Mooncup, c’est justement qu’une seule suffit. Pas besoin d’en avoir quinze.

Mais bon, ça devient à la mode, donc émerge une possibilité de se faire un peu de blé avec un tel produit donc pourquoi des marques se priveraient-elles de susciter l’envie plutôt que de juste satisfaire un besoin?

Et c’est justement lorsque ça devient un marché que les choses se corsent. Parce que ça ouvre la porte à tous les accessoires les plus fous pour vous rendre la vie soit-disant plus belle.

L’autre jour, en allant sur un site de vente de produits électroniques, je tombe sur ça! Le premier nettoyeur de coupes menstruelles portable!

Le truc, vous le voyez et vous vous dites qu’il vous le faut. Alors que, deux secondes avant, vous ne saviez même pas que ça existe et vous vous portiez très bien.

Moi, ma coupe, je la stérilise à l’eau bouillante, à l’ancienne et tout va bien. Mais, là, il suffit que je lise le descriptif pour me dire que je ne peux pas vivre sans cet outil in-dis-pen-sable!

Heureusement que, à ce moment-là, le visage de Matthieu Ricard m’apparaît. Oui, je sais, ça peut paraître surprenant. Mais je repense à ses mots à propos de la publicité:

La publicité a pour but de nous faire désirer ce dont nous n’avons pas besoin. Si quelque chose nous est vraiment nécessaire, la publicité est inutile.

Matthieu Ricard, dans l’Abécédaire de la Sagesse

Je repense aussi à ces mots de ma prof de yoga dont je suis les cours sur Youtube:

Trust that everything you need, you have.

Adriene, de Yoga With Adriene

En gros, en français, ça donnerait un truc du genre: Tu as déjà tout ce dont tu as besoin.

Il y a quelques semaines, je suis tombée sur un reportage (mais j’en vois tellement que je ne me souviens plus lequel) dans lequel une jeune maman dit qu’elle a succombé à toutes les tentations concernant les produits visant à endormir son bébé facilement.

Produits qui, évidemment, n’ont jamais vraiment fonctionné. Ça fait des millions d’années que les bébés arrivent à s’endormir sans accessoires électroniques et, à la limite, ceux-ci peuvent faire illusion un moment mais jamais longtemps.

Je ne suis pas mère mais je me dis surtout que ça doit surtout faire grave culpabiliser les mères. Genre, si t’as pas tel produit, c’est que t’es une mauvaise mère qui ne veut pas que son bébé dorme bien…

Bon, en quittant le rayon puériculture pour le rayon sport, on tombe dans les mêmes travers.

L’autre jour, je suis aussi tombée sur un article dans un journal qui mettait en avant des tapis de yoga connectés qui permettent de vous rendre compte si vous faites bien les postures ou non.

Vous devez mettre les mains exactement à tel endroit, puis les pieds à tel autre.

Donc c’est désormais un objet électronique qui juge si vous faites bien les postures et non plus votre corps qui joue comme une boussole pour vous dire si c’est ok ou non.

Si votre corps vous dit quelque chose mais que la machine vous dit autre chose, à qui ferez-vous le plus confiance?

Alors que, ce qui est bien dans le yoga et surtout très intéressant, c’est justement cette découverte, cette quête! Ces mini-millimètres qui changent dans la posture juste parce que votre corps y arrive petit à petit sans l’aide d’un appareil. Aujourd’hui comme ça, demain un tout petit peu différemment et après-demain encore autrement. Et, chaque fois, ce sera parfait, parce que ce sera vous.

En voyant ces appareils, j’imagine les yogis se retourner dans leur tombe (ou dans leurs cendres…)

Mais c’est pareil pour les adeptes de course à pied qui sont bardés d’appareils en tout genre pour calculer pulsations, position du pied,…

Il paraît qu’il y a même des sportif.ve.s qui, après avoir plongé dans cette ère du tout connecté reviennent en arrière en prônant un genre de free-running soit une course à pied avec jambes, baskets et c’est tout.

Bref, comme on l’a fait pendant des centaines d’années avant de se dire que ça pourrait peut-être être encore mieux autrement avant de se rendre compte que ce n’est pas le cas.

Donc, pour eux.elles, fini ces appareils qui calculent tout et place à la confiance en soi. Le corps nous dit ce qu’il a à nous dire et c’est parfait comme ça.

Je vous le dis, tous ces appareils, c’est le meilleur moyen pour perdre complètement confiance en vous! Parce qu’on est tou.te.s différent.es et qu’on n’est pas des robots conçus tous de la même manière et qui ont besoin des mêmes choses.

Mais tout déléguer à des appareils, ça a un côté rassurant. Surtout, si ça foire, on ne pourra pas dire que c’est de notre faute mais que c’est de la faute de ce foutu appareil dont on m’avait promis que… Vous voyez un peu le genre!

La prochaine fois que vous verrez un produit qui vous tente, demandez-vous si vous en aviez envie avant de le voir. Ça peut peut-être vous aider à ne pas sauter sur tout ce qui vous fait les yeux doux.

Et, après ce long billet anti-gadgets, je vous permets de me jeter une pierre si un jour j’écris un billet pour vanter les mérites d’un incroyable appareil qui stérilise les Mooncups! 😉

Il y a 0 commentaire(s). Ajoute le tien.

*

code

    RIEN QUE POUR VOUS !
    Inscrivez-vous et recevez gratuitement mon guide numérique
    "3 habitudes qui vont changer votre vie"
    Newsletter Bonus Mailchimp
    RIEN QUE POUR VOUS !
    Inscrivez-vous et recevez gratuitement mon guide numérique
    "3 habitudes qui vont changer votre vie"
    Newsletter Bonus Mailchimp