Un moyen de s’ancrer pour éviter de trop patauger

Hier je parlais avec un ami qui avait l’air vachement stressé. Je le sentais à fleur de peau, genre agacé par le moindre truc. On a parlé de ce qui lui arrivait ces temps et je me suis rendue compte qu’il avait mis beaucoup de chose en place mais que rien ne se passait comme il voulait, ou en tous cas ça n’avançait pas assez vite qu’il aurait voulu.

Dans ces moments-là, soit vous êtes suffisamment zen pour prendre du recul soit vous ne l’êtes pas et vous êtes proches de partir en vrille si 1 ou 2 choses (même des broutilles. D’ailleurs souvent des broutilles) s’ajoutent à votre vase déjà bien plein.

Il y a des moments comme ça où vous avez l’impression de ne rien contrôler, que vous êtes dépendant.e de gens qui vous entourent ou d’événements dont vous n’avez pas la maîtrise.

Ça m’a fait penser à cette soirée à laquelle j’ai assisté il y a quelques semaines. Une trentaine de paysan.ne.s était réunie pour voir de quelle manière il serait possible d’imaginer une autre agriculture, une agriculture moins dépendante du rendement. Bref, comment faire différemment dans un monde qui nous impose de faire d’une certaine manière. Il était notamment question de diversification de cultures en intégrant, par exemple, de l’agroforesterie sur les terres.

Cette soirée était passionnante. On voyait qu’il y avait une vraie envie d’essayer de faire un peu autrement, au moins sur une partie des terres, mais que les plus réticent.e.s étaient ceux.celles qui se sentaient le plus dépendant.e.s du système. Le fameux système de rendement qui rémunère les paysan.ne.s en fonction de la quantité de fruits, de céréales, de légumes qu’ils.elles récoltent.

En les entendant parler, je les voyais la tête sous l’eau ou la tête encore un peu hors de l’eau mais à condition de se tenir sur la pointe des pieds.

Ce fameux Comment faire autrement?

Ce On aimerait mais ce n’est pas possible.

Le Vous êtes marrant.e.s, vous, si vous croyez que c’est si simple!

Puis il y avait ces quelques paysan.ne.s qui essayaient déjà de faire autrement. Qui avaient décidé de consacrer une petite parcelle pour faire des expériences, qui accueillaient des gens sur leur terre pour donner des ateliers. Bref, qui testaient des choses. Tout ne fonctionnait pas. Certain.e.s se rendaient d’ailleurs compte que donner des ateliers n’était, par exemple, pas du tout leur truc. Mais au moins ils.elles essayaient. Ils.elles testaient des choses de leur côté, sans demander son avis à personne. Ils.elles reprenaient la maîtrise d’une partie de ce qu’ils.elles faisaient. L’important n’était finalement pas que ça fonctionne mais qu’ils.elles essaient. Ils.elles avançaient. Et ceux.celles qui avaient mis le pied dans cet engrenage positif ne reviendraient en arrière pour rien au monde. Ils.elles avaient découvert ce goût de l’aventure et, une fois que vous y avez touché, c’est ancré.

Quand je me sentais empêtrée dans mon job, que je voulais que ce soit différent sans savoir vraiment comment, que j’avais l’impression de ne plus avoir aucune maîtrise, j’ai fini par ouvrir ce blog. Pour moi. Rien que pour moi. C’était mon espace. Ma bulle de respiration dans laquelle je faisais ce que je voulais quand je voulais.

Pour certain.e.s, ça pourrait être d’apprendre ou de jouer d’un instrument de musique, de peindre, d’écrire des poèmes, d’aider son.sa voisin.e ou de faire du bénévolat dans une association. Mais quelque chose qu’on a décidé seul.e, avant tout pour soi et qui est là quoi qu’il arrive. Qui est là quand ça va bien et quand ça va mal. Comme une ancre.

Je pense que, dans les moments où ça tangue, ce genre de bulles peut nous sauver la vie en nous permettant de faire ce fameux pas de côté.

N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Inscrivez-vous et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes simples et gratuites qui vont transformer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
10

Il n'y a pas encore de commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *