Quand l’histoire de l’arroseur arrosé devient celle de l’influenceuse influencée…

Soyez gentil.le avec moi et je perds toute objectivité.

Pour une journaliste, vous conviendrez que c’est plutôt la plaie.

Moi, quand un.e politicien.ne de gauche m’explique quelque chose, je suis en général d’accord avec lui.elle. Puis un.e politicien.ne de droite me dit pourquoi les arguments de son opposant.e ne sont pas valables et je suis d’accord avec lui.elle. Si on ne part pas dans les extrêmes évidemment. Il y a quand même une zone où ça touche mes convictions profondes et, là, faut pas déconner. Même si le.la journaliste devrait rester objectif.ve quoi qu’il arrive.

Bon, là, je ne suis plus journaliste au sens classique du terme donc c’est moins grave.

Quoi que… Maintenant je suis passée du côté des influenceuses. Enfin, c’est ce que certain.e.s ont l’air de prétendre.

Il y a deux jours, je reçois un mail. Je vous retranscris quelques phrases de ce courrier:

  • j’adore la qualité de vos contenus
  • je suis […] admiratif de l’engagement que vous générez sur ce qui vous tient à cœur
  • je sais que vous devait (texto. Ouf… Un qui fait des fautes d’orthographe comme moi!!!!) être très sollicité en tant qu’influenceur confirmé, mais je souhaiterais fortement discuter avec vous d’un partenariat ou éventuel sponsoring

J’ai beau avoir reçu mon lot de mails du genre pendant les presque dix années durant lesquelles j’ai travaillé en tant que journaliste lifestyle puis en tant que blogueuse, il y a toujours une partie de moi qui est prête à tomber dans le panneau. Je sens mon ego gonfler. Mmmmmmmmh, qu’est-ce que c’est bon!!!!!!!!! 😉

Quand on est gentil.le avec moi, c’est presque mécanique, j’ai envie d’être gentille avec l’autre.

En gros, quand quelqu’un me demande gentiment quelque chose (en n’hésitant pas à me passer plus ou moins de confiture), j’ai envie de répondre gentiment en proportion.

Si je me permets de répondre par la négative, j’ai immédiatement mon petit diable qui se réveille et qui me dit Mais pour qui tu te prends! Cette personne est gentille. Elle n’a pas mérité ça…

Pareil d’ailleurs quand je demande gentiment quelque chose à quelqu’un. Parce que je le fais très gentiment, je m’attends à ce qu’elle me réponde positivement et, si il.elle ne le fait pas, je le.la trouve gonflé.e. Pour qui il.elle se prend?!!!?????! Oh mais la grosse tête! Je pense qu’il.elle doit plus passer les portes. Vous voyez le genre… Tout d’un coup je deviens vachement moins gentille. Comme quoi j’étais gentille pour une raison précise. C’était tout sauf de la gentillesse gratuite.

En tant que journaliste lifestyle, j’ai beau n’avoir jamais été forcée par qui que ce soit de parler d’un produit, quand vous êtes invitée dans un hôtel de rêve que vous ne pourriez jamais vous payer, dans un endroit de rêve, avec une bouffe de rêve et souvent quelques massages de rêve, j’aime mieux vous dire que les produits de cette marque ont quand même plus de chance de se retrouver dans les pages des magazines plutôt que la petite marque qui fait des trucs incroyables mais qui n’a pas du budget marketing et qui ne fait que vous appeler maladroitement pour vous parler de sa marque.

En regardant les infos hier soir, je suis tombée sur un sujet sur l’influence des boîtes pharma auprès des médecins, les influenceurs de la santé. (C’est à 14 min 35 si ça vous intéresse.) Ça a l’air de fonctionner sur le même principe.

Dans la vie, c’est pareil. Si quelqu’un me demande gentiment quelque chose, je me sens mal de lui répondre non. Et plus il.elle a été gentil.le, plus je me sens mal de dire non. C’est complètement proportionnel.

Pour mon blog, comme j’ai de la peine à faire la part des choses, j’ai pris une décision simple: c’est 0 partenariat ou sponsoring. J’ai d’ailleurs consacré une page entière à ça sur mon blog. Mais la personne qui m’a écrit et qui insistait sur le fait qu’elle aimait autant mon blog n’a sûrement pas dû la trouver…

Pour les ami.e.s/connaissances, c’est plus difficile. Parfois, il y a des gens qui jouent tellement ce jeu-là que je finis par les éviter au maximum.

Je n’ai pas encore trouvé comment faire par contre j’essaie d’y penser quand je fais une demande à quelqu’un. Afin qu’il.elle se sente libre de me répondre ce qu’il.elle veut, j’essaie de rester le plus neutre possible dans ma demande. Ça rend l’échange un peu plus froid mais je crois que ça permet surtout aux personnes de se sentir un peu plus libre. Et, ça, ça n’a pas de prix.

N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Rejoignez les plus de 2'000 abonné.e.s à ma boostletter hebdomadaire (exemple) et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes simples et gratuites qui vont transformer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
4

Il n'y a pas encore de commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *