J’ai pris des médicaments. Trop. Et je ne suis pas allée mieux…

Il y a quelques jours, je me suis rendue compte que j’étais repartie dans le cercle infernal du trop. Ce qui est fou, c’est que je ne me rends pas compte que j’y suis. C’est presque une fois déjà sorti du cercle que je me rends compte que j’y étais.

Cette fois – et c’est la première fois que ça m’arrive -, j’étais dans un trop de médicaments ou tout ce qui s’en rapproche…

Voilà comment j’y suis entrée.

Il y a deux mois, je me suis fait une belle pétée de gueule en vélo. Résultat: une fracture de la mâchoire qu’il a fallu opérer et quelques dents cassées qui me causent encore pas mal de soucis.

Dès que l’accident est arrivé, j’ai tout de suite pris tout ce qu’on me donnait. En premier lieu, les anti-douleurs prescrits par les médecins mais aussi toutes les autres suggestions:

  • huiles essentielles à se mettre sur les poignets pour se détendre
  • des granules homéopathiques pour refaire les os
  • de la Spagyrie anti-douleur
  • les numéros de personnes qui détiennent le secret
Tous les trucs Vas-y, prends, tu risques rien vu que c’est naturel. J’ai tout acheté/pris.

Pourquoi?

Parce que je me disais qu’une de ces potions allait peut-être être la potion magique qui allait me faire avoir moins mal, qui allait me permettre de me remettre vraiment à 100% et que, si je ne me remets pas complètement bien, je ne pourrais pas dire que je n’ai pas tout essayé.

Juste après l’opération, ça allait encore. J’étais comme dans une situation d’urgence.

J’ai quelques petites cicatrices sur le visage alors je mettais de la crème. Jusqu’à ce que des gens me disent:

  • Ah, cette crème… Mais tu connais pas la Jean d’Aveze. C’est ça que tu dois mettre. Tous les médecins esthétiques la prescrivent. Le reste ne sert à rien. 
  • Ah non, ça ça sert à rien, il faut mettre des sparadraps au silicone. Il n’y a que ça qui fonctionne.

J’osais plus dire ce que j’avais au risque de me retrouver encore avec 12 médocs à aller acheter.

Quand ça s’est corsé, c’est quand j’ai commencé, après plusieurs semaines, à avoir de fortes douleurs aux dents et que le dentiste et les médecins m’ont dit que ça allait prendre du temps.

Aïe aïe aïe.

Là, j’avoue mon désespoir. J’avais cru avoir fait le plus dur et voilà qu’on m’annonçait que ça allait prendre du temps et qu’il fallait que je prenne mon mal en patience.

Tout ce que j’aime!!!!!!! 😉

J’ai quand même rappelé le secret. On sait jamais… La femme que j’avais appelé déjà 4 fois depuis durant les deux semaines précédentes m’a dit qu’elle ne pouvait rien faire contre la douleur.

Non mais allo quoi?! T’as le secret et tu peux rien faire!!!!!!

Elle m’a expliqué que la douleur était un signe du corps. Un signe que quelque chose n’allait pas et qu’il fallait consulter un médecin. Parce que si elle faisait passer la douleur, je n’allais plus ressentir cette alerte et que je risquais de passer à côté de quelque chose de grave.

Sage comme explication mais, bon, ça ne m’arrangeait pas des masses.

Et c’est là que les cops et la famille sont venus à ma rescousse:

  • Tu devrais essayer l’huile essentielle de clou de girofle, c’est incroyable contre les maux de dents
  • Prends ces granules homéopathiques. C’est pas vraiment fait pour ce que tu as mais ça a fait des miracles pour moi alors prends, de toutes façons tu risques rien

En allant acheter l’huile essentielle de clou de girofle, j’ai raconté mon accident au pharmacien qui m’a conseillé d’essayer encore tel truc.

Eh là, j’ai eu comme une révélation. Bon, une fois sortie de la pharmacie en ayant encore dépensé des dizaines de francs pour une potion soi-disant magique.

J’ai repensé aux jours qui avaient précédé.

Je n’avais pas moins mal du tout malgré tous les médocs.

Je me trimballais avec un énorme sac (moi qui éprouve un bonheur profond à me balader aussi souvent que possible sans sac) vu qu’il fallait bien que je mette quelque part mon énorme trousse qui contenait tous les médocs que je devais prendre.

Mon smartphone n’arrêtait pas de sonner 30 minutes avant le repas, 15 minutes avant le repas, pendant les repas, juste après les repas, pour que je n’oublie pas de prendre tel ou tel truc.

Je n’en pouvais plus.

Il fallait que ça s’arrête.

J’étais arrivée à un stade où tout cela devenait risible.

Ça m’a fait penser à ces moments où je sens que ça coince dans ma tête et que je me bouffe un nombre de bouquins de développement personnel pas possible pour voir si je ne serais pas passée à côté d’une solution miracle que je n’aurais pas encore vu dans les centaines de bouquins de développement personnel que j’avais pourtant déjà lus.

J’avoue que je n’ai pas de solution pour ne plus repartir dans ce cycle infernal du trop alors, si vous savez comment faire, je suis preneuse. Ou plutôt NON!!!!!! Si vous avez une solution, surtout ne me la donnez pas où je risque de repartir dans ce maudit cercle. Si vous l’avez, tant mieux, gardez-la pour vous! 😉

Ça m’a fait penser à l’auteure de Mange, prie, aime qui annonçait le cancer de son amie sur les réseaux sociaux. Elle avait envie de communiquer cela avec sa communauté. Le cancer de son amie était incurable. Elizabeth Gilbert était désespérée mais elle a demandé une chose à la fin de son billet (ce n’est pas du tout ce qu’elle a écrit mais, en substance, ça donnait en gros ça): S’il vous plaît, ne nous donnez pas de solutions soi-disant miracle, tel régime, tel médicament, telle retraite au bout du monde. Laissez-nous juste vivre ces dernières semaines/mois en pensant à nous. Mais ne cherchez pas à la sauver!

Je crois que parfois, la meilleure solution, c’est la patience, accepter ce qui est sans chercher à tout prix à changer cela, aussi inconfortable que cela puisse être. Il n’y a parfois rien de plus à faire que ce qu’on a déjà fait ou ce qu’on fait déjà. J’adore cette phrase d’Alexandre Jollien à laquelle je pense souvent. Il faut parfois accepter et se dire C’est la merde mais c’est pas grave

N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Rejoignez les plus de 2'000 abonné.e.s à ma boostletter hebdomadaire (exemple) et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes simples et gratuites qui vont transformer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
7

Il n'y a pas encore de commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *