La magie du changement

Il y a quelques années, je parlais avec une amie qui prend sa vie en main depuis beaucoup plus longtemps que moi. On parlait des relations toxiques, et elle m’a dit cette phrase:

Ah, ça, c’est bon. Ce n’est plus un problème pour moi. J’ai réglé ça.

Quoi?! Non mais vraiment? C’est possible de RÉGLER quelque chose! Je vous dis pas comme ça m’a fait du bien, moi qui ai tendance à croire qu’on doit toujours se forcer, que les problèmes sont toujours là et qu’on ne règle jamais vraiment rien.

Puis, un jour, ça m’est arrivé aussi. Pas avec les gens toxiques mais avec la méditation. (Comme avec plusieurs autres choses aussi.)

Ce moment où vous vous rendez compte que vous avez complètement changé sur un point. Que c’est là et que, quoi qu’il arrive, ça ne reviendra pas en arrière. Vous êtes passé de l’autre côté du pont.

Pour moi, par exemple, c’est bon. Je médite presque tous les jours. C’est désormais ancré en moi et je n’ai plus à faire d’efforts. Je sens même que si j’arrête pendant une semaine (ou même un mois si ça devait vraiment arriver), je m’y remettrais parce que ça fait désormais partie de moi.

J’ai constaté plusieurs étapes lorsqu’on amorce un changement:

 

1.On se dit que ça nous ferait du bien alors on y va

On a envie d’amorcer un changement parce qu’on en a marre d’une façon dont on a d’agir ou on se dit que ça serait mieux en faisant de la méditation, du sport, en mangeant plus sainement ou quoi que ce soit d’autre. On lit tout ce qu’on trouve. On prend des bonnes résolutions. On est à fond! On est un.e pro de la théorie. On en parle à tout le monde en disant qu’on va le faire, et surtout qu’on va y arriver. On est sur les starting-blocks.

 

2. Le changement ne vient pas assez vite alors on arrête

On l’avait pourtant décidé mais il n’y a aucun bouleversement majeur dans notre vie. On ne fait que forcer mais on ne récolte rien de vraiment décisif en retour. Viennent les

  • Mais je fais pourtant tout ce qu’il faut!
  • Mais est-ce que ça marche vraiment ce truc?
  • Je crois que c’est pas fait pour moi?
  • En fait, ça n’allait pas si mal avant…

Et, là, on trouve souvent plein de gens qui ont essayé aussi et qui ont « échoué ». On se conforte. On se sent moins nul.le.

 

3. Après des semaines, mois, années, on se dit quand même que ça nous ferait du bien alors on retente le coup

On se redit qu’on va essayer. On a envie que ça marche. On sent une envie plus intérieure. Moins envie d’en parler à tout le monde. Envie de le faire pour soi. On sait que ça va pas être dingue du premier coup parce qu’on a l’expérience d’avoir déjà essayé une fois (voire deux, voire trois, voire quatre…) alors on s’la pète moins. On se dit que ça viendra quand ça viendra mais on persiste parce qu’on sait que ce serait bien si on y arrivait.

 

4. On continue d’y croire, on persévère, on ne réfléchit plus et on y va

Si on arrive là, c’est presque gagné. Pas encore gagné mais on est sur la bonne voie.

Comme un bon élève, on le fait. On ne réfléchit plus et on fait. Parce qu’on sait que si on réfléchit et qu’on laisse le petit diable (le nôtre ou des gens qui ont essayé et « échoué ») nous donner les tonnes de « bonnes » raisons pour arrêter, on est foutu. Alors on persévère.

 

5. Les mois, les années passent

On continue. Avec plus de facilité mais pas encore d’effet waouh.

 

6. Un jour, on se rend compte que c’est bon… depuis un moment

Un jour, on pense à ce qu’on a mis en place et on se rend compte que c’est bon. C’est acquis. Ça fait désormais partie de nous et plus personne peut nous l’enlever. C’est le cas aujourd’hui mais c’est en fait le cas depuis un bon bout de temps sans qu’on s’en soit aperçu.

 

En fait, ce qui est difficile quand on veut changer quelque chose dans notre vie, comme installer une nouvelle habitude, c’est qu’il n’y a pas de moment waouh. Pourtant on en rêve. Parce qu’on aimerait pouvoir annoncer au monde: C’est bon, aujourd’hui j’ai réussi!!!!! On imagine un truc, genre que la lumière va nous tomber dessus. Une genre d’intronisation à la je-sais-pas-quoi. Mais non! La lumière rentre juste très gentiment, petit à petit. Et ça prend souvent beaucoup plus de temps qu’on pense. (Les 21 jours pour changer une habitude, mon c…!) Puis, un jour, on constate que c’est vachement lumineux à l’intérieur et que c’est juste comme ça et que c’est comme ça depuis un moment et que c’est vachement bon! La lumière est allumée et on peut plus l’éteindre.

C’est beaucoup moins spectaculaire qu’on nous l’annonce mais c’est beaucoup plus profond. Un truc difficile à expliquer tant qu’on ne l’a pas éprouvé. Mais je me dis que si j’y suis arrivée, tout le monde peut y arriver aussi. A vous tou.te.s je vous souhaite ENVIE – COURAGE – PERSÉVÉRANCE et, surtout, d’en profiter un max une fois que la lumière est allumée! Parce que, ensuite, vous avez cette confiance que tout est possible et que vous pouvez changer tout ce que vous voulez vraiment et, cela, quelque soit le temps que ça prendra.

N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Rejoignez les plus de 2'000 abonné.e.s à ma boostletter hebdomadaire (exemple) et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes simples et gratuites qui vont transformer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
9
2 Commentaires
  • Devenir Adulte
    mars 6, 2019

    Article très intéressant ! Tu résumes bien toutes les étapes face au changement.

    A très vite

  • Vérone
    mars 24, 2019

    Mmm… message porteur d’espoir ! alors si mes vaines tentatives pour ne pas râler (…et non pas devenir un bonze zen, mais apprendre à exprimer mes frustrations sans m’abaisser à ça) n’ont pas fonctionné, un paquet de fois, c’est peut-être que je me rapproche du pont, puisque je n’arrive pas à RENONCER à essayer ? (c’est mal dit, mais bon, ne pas râler ET faire des phrases courtes, ce serait trop de défis d’un coup !).

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *