La technique imparable du « cacher pour ne plus y penser »

Si vous me suivez régulièrement, vous savez que j’ai tendance à ne pas faire les choses à moitié. Quand j’ai décidé de faire quelque chose, j’y vais à fond. Parfois trop même et c’est pour cela que je suis ravie de ne plus vivre seule. Vivre avec un amoureux et deux beaux-enfants à mi-temps me pousse à faire des concessions.

C’est vrai que j’aime être entourée de très peu de choses. Je me sens beaucoup plus libre. Je ne succombe plus (ou beaucoup moins) au chant des sirènes de la société de consommation et j’ai ainsi pas mal de temps à disposition pour développer des aspects de ma vie qui me remplissent pour longtemps et pas juste pour un temps.

Désormais, quand les gens se plaignent du peu de temps qu’ils ont à disposition, je leur fais remarquer avec une joie non dissimulée que, moi, au contraire, je suis ravie de tout le temps que j’ai pour faire des tonnes de choses. J’ai même le temps de m’emmerder, c’est tout dire!!!

Mais revenons-en au fait que je ne vis pas seule. Comme j’aime que tout le monde se sente à l’aise, j’essaie de développer des techniques qui me permettent de vivre dans un environnement qui me convient sans imposer à mon entourage ma lubie du avoir un minimum de choses et que tout soit toujours rangé.

La technique dont je suis la plus fière, c’est celle des caisses. Dans les pièces communes, comme le salon ou notre chambre à coucher, j’ai mis des grandes caisses. Quand quelque chose traine, hop, je jette tout dedans. Les choses ne sont ainsi plus à vue sans que je doive prendre du temps pour les ranger à la place de ceux qui seraient censés le faire. Parce que, si je suis bien organisée, c’est aussi parce que je n’ai aucun plaisir à passer des heures (voire même quelques minutes) à ranger donc ce n’est pas pour passer ce temps gagné à ranger le désordre des autres.

Quand ils ne trouvent pas quelque chose, ils savent où aller chercher et l’affaire est réglée. En même temps, j’évite de passer pour la chieuse de service qui passe son temps à leur rappeler qu’ils faudraient quand même qu’ils rangent leurs affaires. C’est ce qu’on appelle une opération win-win.

ABONNEZ-VOUS à MA NEWSLETTER!
Tous les vendredis, gratuitement dans votre boîte e-mail. Exemple.
Vos coordonnées ne seront jamais transmises à des tiers

Voici pour les objets qui leur appartiennent.

Par contre, pour des objets qui servent à plusieurs personnes dans l’appartement mais que je trouve superflus ou pas écolo et dont j’aimerais bien qu’on se passe, j’ai trouvé une autre technique pour voir si on arrive à s’en passer et, à terme, à s’en débarrasser: la dissimulation.

Cacher pour ne plus y penser, ça consiste en quoi exactement?

Je vous explique.

Le papier ménage, par exemple. On en avait sur le plan de travail à la cuisine. J’aimerais m’en passer parce que je trouve ça pas écolo du tout mais, comme je ne suis pas la seule à en utiliser, je ne veux pas empêcher qui que ce soit de pouvoir le faire s’il en a envie. Donc, pour éviter d’en utiliser sans avoir à s’en débarrasser, je le planque. Au lieu de le garder à vue, je le planque dans une armoire, toujours à la cuisine.

Le premier soir, mon amoureux m’a tout de suite demandé où il était passé. Je lui ai montré où il était désormais rangé. Il l’a sorti et l’a replacé sur le plan de travail en me disant que, pour lui, du papier ménage était indispensable.

Jour après jour il le ressortait puis je le replanquais. Puis, un jour, il est resté dans le placard. Le jour suivant aussi. Ainsi que le jour d’après. Ça fait maintenant des mois que ça dure.

Plutôt que de devoir à chaque fois se baisser, ouvrir le placard, sortir le rouleau, il a fini par faire autrement. Et, à force de ne pas en avoir sous les yeux, je pense qu’il a fini pour oublier qu’on en avait.

Je garde quand même toujours un rouleau dans la cuisine, au fond d’un placard, parce que c’est quand même vachement pratique de temps en temps mais, au moins, on a complètement perdu l’habitude d’en utiliser tous les jours pour tout et n’importe quoi et c’est donc autant de papier qu’on ne jette plus. On a adopté de nouvelles habitudes beaucoup plus écologiques et, si mon amoureux lit ce billet, je suis presque certaine qu’il ne s’en est même pas rendu compte.

Je fais souvent ça avec des ustensiles de cuisine. Je les planque et j’attends de voir si ça manque à quelqu’un. Essayez, vous allez être bluffés.

N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Rejoignez les plus de 2'000 abonné.e.s à ma boostletter hebdomadaire (exemple) et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes simples et gratuites qui vont transformer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
11
Vous aimez? Partagez! Share on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
1 Commentaire
  • *Patricia
    mai 11, 2018

    Excellente technique, je vais ma mettre en oeuvre avec mes 2 petits monstres… Merci !

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *