Le truc de Zuckerberg pour se rappeler que personne n’est jamais à l’abri d’un échec

Il y a deux ans, mon amoureux, ses kids et moi sommes allés en vacances en Californie. Durant les quelques jours que nous avons passé à San Francisco, nous sommes allés faire un tour du côté de la fameuse Silicon Valley et avons eu la chance de pouvoir visiter les bureaux de Facebook. Je me suis retrouvée dans cet immense campus. Tout était tellement cool: les locaux, les gens qui travaillaient sur les nombreuses terrasses, la tonne de restaurants partout. La classe! On était comme des gosses.

A l’entrée du site, il y a ce fameux panneau avec le pouce levé et, derrière, le logo de l’ancienne société qui occupait ces lieux: Sun Microsystems. Une société qui ne dit presque plus rien à personne mais qui était pourtant au top il y encore pas si longtemps.

La face cachée du panneau auquel Mark Zuckerberg doit régulièrement penser ces derniers temps

L’autre face du fameux panneau au pouce levé qui trône à l’entrée du site de Facebook

Quand Facebook s’est installé ici, Mark Zuckerberg a décidé de garder le panneau qui trônait à l’entrée et de le retourner pour y inscrire le logo de sa société tout en préservant le logo de Sun Microsystems à l’arrière. Pourquoi? Parce que cette firme a un jour été au top, personne ne pouvait alors imaginer qu’elle se crasherait et pourtant c’est arrivé. Avoir la vue sur le logo de cette ancienne société à la sortie du parking de Facebook devrait rappeler à chaque employé qu’il faut toujours rester motivé, curieux, audacieux et ne jamais croire que la partie est gagnée.

J’ai pris cette photo en me disant que j’écrirais un jour un billet sur ce panneau parce que je trouvais l’idée très bonne. Deux ans plus tard, vu les difficultés que traversent Facebook en général et Mark Zuckerberg en particulier avec cette histoire de siphonnage de données, je me suis dit que c’est le bon moment pour le faire.

A l’époque où j’ai pris cette photo, Facebook, c’était la classe, la société dans laquelle une tonne de gens rêvait de travailler. En voyant ce panneau, je me rappelle m’être dit: Oui, c’est bien joli d’avoir gardé ce panneau. C’est parfait pour le storytelling mais Facebook ne se cassera jamais la gueule! TOUS LES AUTRES MAIS PAS FACEBOOK! Et pourtant…

La société ne s’est pas cassée la gueule mais ça a le mérite de remettre les pendules à l’heure: oui, il faut toujours resté vigilant et, non, rien n’est jamais gagné. Au top un jour ne veut pas dire au top toujours!

Et cela vaut pour Zuckerberg mais aussi pour des réussites apparemment moins spectaculaires:

  • j’ai un nombre de « j’aime » hallucinant sur les réseaux sociaux
  • j’ai eu une promotion
  • j’ai des bonnes notes à l’école
  • mon mec est fou de moi

Mark Zuckerberg n’est d’ailleurs pas le seul à appuyer sur le fait qu’il ne faut pas se reposer sur ses lauriers. Voici ce qu’Alain Ducasse, le célèbre cuisinier, disait dans une interview:

J’essaie de toujours anticiper, d’avoir la vision, d’être initiateur plutôt que suiveur. Je veux rester contemporain, nourrir les gens d’aujourd’hui avec leurs attentes actuelles. Il ne faut jamais se dire qu’on est arrivé dans notre métier, on est toujours à une étape et il faut penser à la prochaine.

Dans un autre article, je suis tombée sur ces paroles du jeune humoriste Bun Hay Mean qui raconte une soirée qu’il n’oubliera jamais. Il est invité à jouer cinq minutes de sketch dans une soirée organisée par SOS Racisme. Un premier succès devant des milliers de personnes. Tout le monde le félicite. Chacun finit par rentrer chez soi et, lui, dans la rue puisqu’il était alors sans domicile fixe:

Cette nuit est gravée dans ma mémoire. J’ai reçu une overdose d’amour pendant le sketch, parce que j’avais fait un carton, puis je me suis retrouvé seul dans la rue; et le lendemain, je jouais devant vingt personnes dans un bar à putes. Alors jamais je ne me dis que je suis arrivé. Je serai arrivé quand je serai mort.

Alors, si vous êtes au top, savourez-le mais, comme le rappelait Christophe André dans une de ses émissions La Vie Intérieure:

Faites preuve de prudence avec les conclusions, éviter ce que le poète Christian Bobin appelle le sinistre éclat du triomphe
N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Rejoignez les plus de 1'600 abonnés à ma boostletter hebdomadaire (exemple) et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes simples et gratuites qui vont transformer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
3
Vous aimez? Partagez! Share on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Il n'y a pas encore de commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *