LA question qu’on devrait TOUS se poser avant d’agir

Je ne sais pas si ça vous fait aussi parfois le coup: vous entendez ou lisez une phrase qui vous parle puis, des semaines plus tard, vous la comprenez enfin vraiment.

C’est comme si vous l’aviez d’abord comprise théoriquement puis enfin seulement pratiquement.

Je vais vous raconter une histoire qui m’est arrivée et vous allez sûrement mieux comprendre ce dont je veux parler.

Il y a quelques temps, j’ai vécu deux semaines bizarre.

Tout d’abord mon amoureux a été cloué au lit pendant presque dix jours à cause d’une grippe. (Pas la grippe genre je me sens pas très bien mais je peux quand même aller bosser. Non, la vraie qui vous met K.O.)

Il n’est jamais malade donc l’avoir non-stop à la maison alors que j’y étais aussi (vu que mon appart fait aussi office de bureau depuis que je suis indépendante) était une situation inédite.

A la fin de la semaine, on a récupéré les kids qui entamaient une semaine de vacances. Mon amoureux avait prévu de faire une virée entre hommes histoire de me laisser bosser peinard mais ça ne s’est pas passé comme prévu.

Le petit était patraque pendant plusieurs jours; le grand avec un rendez-vous important en plein milieu de semaine. Sans parler du temps de merde. (Le vrai temps de merde. Pas celui genre il fait pas très beau mais on peut quand même faire des trucs à l’extérieur. Non, le vrai qui vous oblige à rester bien calfeutré chez soi.)

Bref, moi qui ai l’habitude d’être seule à la maison durant la semaine, d’avoir ma petite routine et de m’organiser exactement comme je l’entends, me voilà à passer une semaine avec une personne non-stop à la maison suivie d’une autre avec TROIS personnes presque non-stop à la maison!!!!!!!

Sans plan prévu, les jours se sont enchaînés en espérant chaque matin que la météo serait meilleure (un vœu pieux) et chacun a finalement passé la semaine dans son coin, à vaquer à ses occupations.

La semaine passe, le samedi arrive. Je me réveille tôt. Je bouquine un moment. D’abord un roman puis je me mets à feuilleter le livre sur le bonheur que je viens d’acheter. Je m’arrête sur un passage qui parle de l’importance de la communauté.

Voici le passage qui m’a fait tilt:

CREER UN ANNUAIRE POUR VOTRE RUE OU VOTRE IMMEUBLE

Allez frapper aux portes de vos voisins et présentez-vous. Ou, ce qui est parfait pour les introvertis, glissez un formulaire à remplir dans toutes les boîtes aux lettres. Vous pouvez expliquer que vous créez une liste en cas d’urgence. Demandez leur nom, comment les joindre, et pourquoi ne pas ajouter un questionnaire pour mieux vous connaître tous? Seriez-vous d’accord pour garder un chien ou chat? (Oui! Et je peux aussi m’occuper de promener le chien) Quel est votre livre préféré? (Je suis toujours déchiré entre Gatsby le Magnifique et L’Adieu aux armes).

Après avoir lu ces quelques pages, je suis allée me préparer.

Et là, alors que j’étais sous la douche, j’ai une idée qui m’est tombée dessus. Littéralement. Vous savez, le truc super limpide, la lumière qui vous frappe en pleine figure. Vous voyez tous les détails. Un truc magique. L’idée qui va changer votre vie.

Voilà ce à quoi j’ai pensé.

Je vais inviter tous les voisins dimanche prochain (on ne les a encore jamais invités alors que ça fait 6 ans qu’on habite là) et leur exposer mon idée. J’aimerais que chacun puisse dire ce qu’il aime, ce en quoi il pourrait aider ses voisins,… On pourrait ensuite faire un tableau qu’on accrocherait à l’entrée avec les coordonnées de chacun.

Hop, un enfant a de la peine en allemand? Pas de problème, la voisine du 3ème est justement d’origine allemande. Le couple du rez a besoin de quelqu’un qui s’occupe de son chien mardi après-midi prochain? Pas de problème. Le petit du 2ème adore justement les chiens mais ses parents n’ont jamais voulu en avoir un. J’adore jouer aux cartes mais mon amoureux déteste ça. Tant pis, le couple de retraités du 1er adore justement y jouer.

En plus de ce tableau, vu que je suis journaliste, je pourrais faire le tour des voisins et, chaque mois, écrire le portrait d’un des habitants que j’afficherais également à l’entrée de l’immeuble pour que tout le monde puisse les connaître un peu mieux.

On commencerait par notre immeuble puis on étendrait le concept à tout le quartier, voire à toute la ville, voire au monde entier.

On serait le quartier du bonheur!!!!!

Je me vois déjà interviewée par notre présentateur star du journal télévisé. «Voici la femme qui fait le bonheur de son voisinage». Je deviendrais super connue pour ça. Je m’y vois déjà.

Le problème, c’est que je n’ai JAMAIS essayé d’avoir un contact particulier avec mes voisins. Pas parce que je ne les aime pas mais parce que j’aime par-dessous tout être tranquille chez moi, dans mon cocon.

PARFOIS j’aurais besoin d’une perceuse et je me dis qu’un de mes voisins doit en avoir une qu’il pourrait me prêter.

PARFOIS je vois des voisins qui partent en randonnée et je me dis que ça serait cool de les accompagner parce que j’aime bien faire de la randonnée mais que je n’aime pas suffisamment ça pour m’organiser des sorties.

PARFOIS on passe la soirée à la maison avec mon amoureux sans savoir très bien quoi faire et je me dis que ce serait sympa d’avoir des potes-voisins avec qui organiser une p’tite croque comme ça à l’improviste.

Mais tout ça PARFOIS. Hyper rarement même.

Mais alors pourquoi cette idée?

Parce ce que je venais de passer deux semaines bizarre. Des journées où on était plusieurs à la maison sans partager grand chose. Un sentiment de manque de communauté. Alors quand je tombe sur ce bouquin qui explique exactement comment y remédier (pas simplement dans mon propre appart’ mais dans tout l’immeuble), il n’en fallait pas plus pour que cette idée apparemment dingue jaillisse.

Heureusement que je me suis retenue d’aller poser immédiatement une affichette à l’entrée pour inviter  tous mes voisins à boire un verre le dimanche suivant afin de leur expliquer ma super idée parce que, plus la matinée avançait plus ce qui me faisait vibrer comme pas possible il y a à peine quelques heures me bottait déjà vachement moins. Voire même plus du tout.

  1. Ma relation avec mon voisinage me convient très bien et je n’ai pas besoin que ça change.
  2. Je me suis sentie seule alors que j’étais entourée mais ça n’a duré que quelques jours. Ce n’est pas le problème d’une vie.

Et là, j’ai repensé à cette phrase qui m’avait déjà fait tilt quand je l’avais entendue mais qui, à ce moment précis, a pris tout son sens:

On cherche souvent à compenser son malaise plutôt qu’à alimenter son bien-être. Qu’est-ce que je préfère: une joyeuse expansion de moi-même ou une tristounette compensation de mon malêtre?

La prochaine fois que vous aurez une idée lumineuse qui vous vient, vous penserez à moi et mon tableau à l’entrée de mon immeuble! 😉

N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Rejoignez les plus de 2'000 abonné.e.s à ma boostletter hebdomadaire (exemple) et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes simples et gratuites qui vont transformer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
16
3 Commentaires
  • RemediosBuendia
    mars 16, 2018

    Merci pour ton article

  • Linette
    mars 29, 2018

    Pour connaitre un peu son voisinage sans particulièrement copiner il y a « la fête des voisins » soit 2h (ou plus) un vendredi fin d’après midi en Mai, mes copines et moi (70ans) l’avons fait plusieurs fois mais l’inertie des jeunes (35/45ans) m’afflige, aucun n’a voulu prendre la suite, et ensuite ils trouvent que les gens s’ignorent !!!! Bien qu’ils soient venu à nos fêtes et trouvaient ça sympa !

    • Mélanie
      avril 4, 2018

      Je me retrouve un peu dans les « jeunes ». C’est vrai que j’y ai participé, que j’ai trouvé ça super sympa mais on n’a pas eu plus de contacts par la suite. Je ne saurais pas dire pourquoi c’est le cas, si c’est dommage ou pas. En fait, c’est comme si on voulait plus de contacts et de solidarités entre voisins mais qu’au fond pas vraiment. On est plutôt des individualistes (je parle pour moi donc) qui voudrions parfois avoir un sens plus aigu de la communauté.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *