[Simply111] Septembre: tenir un JOURNAL DE GRATITUDE. Ça aurait été dingue si on m’avait dit ÇA avant…

Concernant mon défi du mois de septembre qui était de tenir un journal de gratitude, j’y suis presque arrivée. J’ai peut-être raté un ou deux jours mais, en gros, je l’ai fait tous les jours pendant un mois.

J’ai lu tellement d’articles qui prétendaient que tenir un journal de gratitude transformait la vie en profondeur que je m’attendais à ressentir un truc de fou. Eh ben que nenni.

Tous les soirs, juste avant de m’endormir, j’essayais pourtant de noter religieusement dans un petit carnet que j’avais placé à côté de mon lit trois choses qui m’avaient rendue heureuse dans la journée. Des petites ou des grandes choses, il paraît que c’est pas la taille qui compte.

Après quelques semaines, j’en ai eu marre. J’avais l’impression de noter toujours la même chose. En gros, magnifique lune (vu que c’était souvent une des dernières choses que je voyais dans la journée et que je trouve chaque fois ça splendide), lis un chouette bouquin (vu que c’est souvent la dernière chose que je fais avant de m’endormir) et parfois joli moment au téléphone avec une cops. Je pense que, plus de la moitié du temps, ça ressemblait à peu près à ça.

En faisant cet exercice, je me suis aperçu que j’avais de la peine à me rappeler des petites ou grandes choses agréables qui arrivaient plus tôt dans la journée. D’où le fait que j’écrivais presque toujours les mêmes choses, jour après jour.

J’ai hésité à abandonner mais une petite voix me disait qu’il fallait que je persiste. Il y avait un truc que j’avais dû mal saisir. Au lieu d’abandonner, je devais certainement essayer de m’y prendre différemment.

J’avais déjà chargé l’application Gratitude. Je l’avais utilisée pendant un temps puis j’avais laissé tomber. (Parfois quelque chose ne nous convient pas à un certain moment puis nous convient quelques mois ou années plus tard. Ça vaut donc toujours la peine de réessayer.) Je l’ai réinstallée et je me suis mise à noter les choses agréables au fur et à mesure qu’elles m’arrivaient. C’était un peu mieux mais pas encore complètement ça. J’ai continué mais sans grande conviction. (D’où l’importance de ce défi Simply111. Si tenir ce journal ne faisait pas partie d’un challenge, j’aurais déjà abandonné.)

Puis je suis tombée sur un exercice qui m’a fait tilt. Je suis la formation en ligne The Science of Happiness de l’université de Berkeley, CALIFORNIAAAAAAAAAAAA! (Si c’est pas la classe! En plus, c’est gratuit. Je vous avais déjà dit à quel point j’adore ce concept des formations en ligne dans cette vidéo. Il n’y a rien de mieux pour continuer à se former sans avoir à se déplacer. Surtout que Berkeley, ça ferait quand même un peu loin… 😉 )

Restez informés!
Rejoignez les plus de 1'500 abonnés à ma boostletter hebdomadaire et recevez GRATUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes qui vont changer votre vie"
Vos coordonnées ne seront jamais transmises à des tiers

Dans un cours, les profs suggèrent un exercice à faire tous les jours. Cela prend 10 minutes. La marche à suivre:

Tous les jours, écrire trois choses qui se sont bien passées dans la journée et expliquer pourquoi ça s’est bien passé. C’est important de créer une empreinte physique de ces choses en écrivant. Faire cet exercice dans sa tête ne suffit pas. Ces expériences peuvent être de moindre importance (par exemple « Mon collègue m’a offert un café ») ou beaucoup plus importantes (« J’ai eu une promotion »)

Au moment de les écrire, il est important de respecter ces consignes:

  1. Donner un titre à chaque bonne chose qui est arrivée (par exemple « Mon collègue m’a félicité pour la qualité de mon travail sur ce projet »).
  2. Ecrire avec le plus de détails possible ce qui s’est passé, ce que vous avez dit ou fait et, si d’autres personnes faisaient partie du décor, ce qu’elles ont dit ou fait.
  3. Ecrire comment vous vous êtes senti au moment où ça s’est passé et comment vous vous êtes senti par la suite (et ajouter ce que ça vous fait d’y repenser maintenant).
  4. Expliquer pourquoi vous pensez que ça s’est bien passé.
  5. Ecrire le tout avec le plus de détails possible sans se soucier de la qualité de l’écriture, de la grammaire, de l’orthographe,…
  6. Si vous êtes tenté de relever des points négatifs, rétablissez le focus sur les choses qui se sont bien passées et les sentiments positifs que vous avez ressentis.

Je rajouterai encore qu’il est important d’écrire tout cela à la main et non pas à l’ordinateur car il est prouvé que le fait d’écrire manuellement établit des connections beaucoup plus importantes dans le cerveau que lorsque nous écrivons à l’aide d’un clavier.

Cet exercice paraît ardu au premier abord mais devient de plus en plus facile à force de le faire. Enfin c’est ce que j’espère parce que, là, je suis plutôt dans la phase je sens que cet exercice est dingue mais c’est quand même assez contraignant alors j’ai mon petit diable qui s’agite dans tous les sens en me disant que ça ne sert à rien, que je ne devrais pas perdre de temps avec ça,… Bref, vous connaissez certainement ça par cœur.

Je n’arrive encore pas à le faire tous les jours mais j’essaie. J’ai tenté de le faire juste avant de m’endormir mais, pour l’instant, ça ne me convient pas. Juste avant de dormir, j’ai juste envie de dormir et non pas de prendre encore 10 minutes pour faire un tel exercice. J’ai tendance à le bâcler pour le faire quand même mais rapidement. Pas idéal… Je le fais alors plutôt à la fin de la journée de travail. Histoire de terminer en beauté. Je reprends trois points que j’ai mentionnés très brièvement dans mon défi Simply111 concernant les dernières 24 heures et je les détaille autant que possible.

C’est une sacrée discipline mais ça marche. Quand j’arrive à prendre le temps de le faire bien, je sens toutes les cellules de mon corps qui se mettent en branle et, ça, c’est trop bon!!!!!!!

N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Rejoignez les plus de 1'500 abonnés à ma boostletter hebdomadaire et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes qui vont changer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
3
Vous aimez? Partagez! Share on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
3 Commentaires
  • Super Mario Bros Kutrapali
    octobre 13, 2017

    C’est intéressant. Je trouve que ce mode de pensée de « la recherche du bonheur » est en train de s’amplifier ces dernières années. Il faut éviter ce qui nous fait mal, fuir les personnes toxiques, hédonisme à outrance et psychologie positive ad nauseam. Ce qui est bien dans une première phase de développement personnel.

    Cependant, je trouve cool d’avoir des « fails » dans une journée, on apprend tellement… la gratitude du fail, sans que ça tombe dans la victimisation et la spirale infernale de la négativité (on rend le fail positif, finalement ces mots ne veulent plus rien dire). Il faut une balance entre les deux. J’ai l’impression que la recherche du bonheur constant amène au même état d’esprit que la recherche de l’argent… en gros la recherche du « toujours mieux », « toujours plus heureux », « minimiser la négativité », théorie capitaliste en somme toute… forcément made in the USA.

    Tu en penses quoi ?

    J’aime bien lire tes challenges. Bonne journée !

    • Mélanie
      octobre 17, 2017

      Merci pour ton commentaire. C’est vrai que, lorsqu’on parle de psychologie positive ou de développement personnel, on a tendance à penser qu’on va vivre dans un monde où tout il est bon, tout le monde il est gentil alors que je pense que ce n’est pas du tout de ça dont il est question. Pour moi, il s’agit plutôt d’insister sur les choses qui vont bien (je les vois et je les valide. Je m’arrête un moment et je prends conscience de cela) et d’arrêter de trop focaliser sur celles qui vont mal (ok, là, ce n’est le top, je le vois, je l’accepte mais je ne reste pas croché à cela. J’avance). Remarquer que, en gros, dans une journée, il y a pluôt plus de choses bien qui arrivent que de choses négatives. Il n’est en aucun cas question de faire l’autruche.

      Je ne vois pas en quoi rechercher à être mieux dans sa peau, à être plus heureux, plus ancré dans ce qu’on fait est négatif mais je comprends les risques que tu soulèves.

      J’adore ton idée de relever les « fails ». Mais pas juste les relever pour les relever mais pour en faire quelque chose. En ce qui me concerne, quand quelque chose ne s’est pas déroulé comme j’aurais aimé (je voulais dire quelque chose à quelqu’un mais je ne l’ai pas fait, par exemple), j’essaie de prendre un carnet et d’écrire ce qui s’est passé en détails, ce que j’aurais aimé faire, pourquoi je pense que je n’ai pas osé le faire, ce dont j’avais peur et surtout ce que je pourrais mieux faire une prochaine fois. Ça permet de faire quelque chose de positif de ce « fail » pour éviter qu’il ne se répète trop souvent et que je tombe dans un cercle vicieux.

      • Super Mario Bros Kutrapali
        octobre 17, 2017

        Merci d’avoir répondu ! Plein de succès et de bonnes choses à toi <3

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *