Ce que les gens qui ont osé m’ont appris

Quand j’ai quitté mon job de salariée pour me lancer dans l’aventure de l’indépendance, les gens n’arrêtaient pas de me dire:

  • C’est cool ce que tu fais mais comment tu gagnes ta vie?
  • C’est bien joli mais, un jour, il faudra bien que tu retrouves un boulot «normal»…
  • Ça va durer combien de temps cette lubie?

Sans compter le nombre de…

  • Moi aussi j’adorerais quitter mon job mais, MOI, je ne peux pas pour telle ou telle raison.

Je ne vous raconte pas le nombre d’excuses que j’ai entendu. Toutes meilleures les unes que les autres. En tous cas pour ceux qui les énonçaient. J’en avais même moi-même utilisées certaines durant plusieurs années pour me conforter dans l’idée que je ne pouvais pas faire autrement que de rester embourbée dans une situation qui ne me convenait pourtant plus du tout.

Au bout de quelques mois, j’ai fini par comprendre que ces remarques m’angoissaient plus qu’elles ne me faisaient avancer. Tous ces gens me transmettaient leurs propres craintes et ça fonctionnait puisque, plus ils me parlaient, plus j’avais envie de filer me remettre très vite au chaud dans ma vie d’avant.

Depuis des mois, j’adore rencontrer des gens qui ont osé faire des choses petites ou grands. Je lis des tonnes de livres sur le sujet. Tout ce qui a trait au fait d’oser me passionne.

Pourquoi certains osent et d’autres pas? Quelles sont les conditions requises pour oser en évitant de trop se planter? Qu’est-ce qui nous retient d’aller vers ce qui nous attire? Pourquoi choisit-on souvent les pantoufles plutôt que l’aventure? Qu’est-ce qu’on risque à oser? Pourquoi sommes-nous si peureux? Si peu aventureux?…

Au fil de mes recherches, je me suis rendue compte d’une chose: aucun «oseur» n’a JAMAIS regretté d’avoir osé.

Grâce à eux, j’ai appris 5 choses:

1. L’expérience acquise est acquise, quoi qu’il arrive

Les études qu’on a faites, les expériences professionnelles qu’on a vécues, les langues qu’on a apprises, tout cela est acquis. Ce n’est pas parce qu’on décide de tenter quelque chose de nouveau qu’on va devoir tirer un trait sur tout cela. En osant, on ajoute une corde à son arc, on n’en enlève aucune.

2. Sauter, ça se prépare

Personne que j’ai rencontré n’a sauté sans s’être préparé. Il ne vous viendrait pas à l’idée de faire un saut en parapente sans vous renseigner avant, non? Eh bien là c’est pareil. Les « oseurs » se renseignent, mûrissent leur projet, imaginent des plans. On voit seulement le moment où les gens sautent mais on ne voit pas le travail qu’il y a avant. Oser ne veut pas dire être kamikaze. C’est sûr que si vous plantez votre job en ayant aucune idée de l’état de vos finances ou de ce que vous voulez faire de votre peau, vous avez toutes les chances de vous planter.

Restez informés!
Rejoignez les plus de 1'500 abonnés à ma boostletter hebdomadaire et recevez GRATUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes qui vont changer votre vie"
Vos coordonnées ne seront jamais transmises à des tiers

3. Rien n’est définitif

On peut toujours changer de route si on se rend compte que celle choisie ne nous convient pas ou plus. Il y a bientôt deux ans, j’ai quitté mon job pour me lancer à 100% dans l’indépendance. C’était ce que je voulais. Depuis quelques mois, je me dis qu’un boulot à temps partiel en gardant du temps pour développer mes propres activités pourrait être une bonne alternative. Et je changerai encore peut-être d’idée dans quelques mois. Et c’est pas grave. Je garde le cap, c’est ce qui compte.

4. S’empêcher de faire des choses pour réaliser ses rêves n’est pas un sacrifice

Quand on sait qu’on va gagner moins d’argent pendant un temps, on sait aussi qu’on va fatalement devoir moins en dépenser. Moi qui aimais acheter tout ce que je voulais, j’ai appris que me retenir de le faire afin de mettre de l’argent de côté pour réaliser mon rêve est un plaisir plus qu’une contrainte. Marcher vers ses rêves vaut toutes les fringues et les restos du monde.

5. Oser donne envie d’oser encore plus

Oser donne une énorme confiance en soi. Accomplir des choses donne envie d’en réaliser plus car on se rend compte que c’est possible. C’est un cercle vertueux. Et, si ça ne fonctionne pas, tant mis. C’est essayer qui compte. Réussir n’est «que» la cerise sur le gâteau. En osant, on comprend enfin pourquoi on entend si souvent dire que c’est le chemin qui compte plus que le but.

N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Rejoignez les plus de 1'500 abonnés à ma boostletter hebdomadaire et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes qui vont changer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
16
Vous aimez? Partagez! Share on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
2 Commentaires
  • Kevin
    août 27, 2017

    Pour oser, je pense qu’il faut bien prendre conscience que le « mal » que l’on se fera en osant, nous apportera un plus grand bien. Et c’est en osant que l’on grandit et que l’on apprend.
    Ne jamais oser c’est ne jamais réellement vivre. Rester dans le confort est la solution de facilité mais pas celle qui nous apportera le bonheur que l’on espère.
    Merci pour cet article super motivant 🙂

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *