Abuser d’écrans et bien dormir, c’est possible grâce à ça

Il y a quelques jours, je regardais la rediffusion de l’émission 36,9° qui proposait notamment un reportage intitulé « Ces écrans qui pourrissent notre sommeil« . Plusieurs adolescents étaient interviewés sur leur consommation d’écrans et j’étais hallucinée de constater le nombre d’heures qu’ils passaient devant un écran chaque jour. Vivant la moitié du temps avec un ado et un pré-ado, je le constate ça en live et ça me stresse autant que ça me désespère. Enfin, jusqu’à ce que je réfléchisse à mon propre sort en estimant le nombre d’heures que JE passe devant des écrans. C’est tout simplement effrayant. Bon, je me rassure en me disant que « moi, si j’y passe autant de temps, c’est pour y faire des choses intelligentes. C’est pas pour me goinfrer de séries débiles ou de vidéos Youtube que je ferais tourner en boucle sans parler des jeux vidéos ». Mouais… On se rassure comme on peut.

Quand j’ai ce genre de pensées concernant les activités des kids, je me rappelle ma sœur me répétant régulièrement que, à leur âge, je passais ma vie devant la télévision. En effet, je ne compte pas le nombre d’heures passées devant Candy (tapez « Candy » dans Google et vous tomberez sur « Candy Crush ». C’est dire si ça date…), Juliette je t’aime, Alerte à Malibu, Starsky et Hutch, Le Club Dorothée, Les mystérieuses cités d’or, Maguy, Champs Elysées, Pas de pitié pour les croissantsDeux flics à Miami, Cat’s Eyes, Goldorak, Le village dans les nuages, Récré A2, Hélène et les garçons, Beverly Hills, Melrose Place, Punky Brewster, Arnold et Willy, Madame est servie, Santa Barbara (avec Robin Wright qui a quand même pas mal tourné quand on y pense), Intervilles, Fort Boyard, Top Models (oups, ça, je dois avouer que je regarde encore. Mais je me soigne…). Pas que du grand art et, comme dirait ma sœur, ça ne m’a pas empêché de plutôt bien tourner.

Quand j’y pense, ça suffit pour me calmer un moment. Par contre, ce que cette émission relevait, c’est à quel point l’abus d’écrans est nocif pour la qualité du sommeil. (Sans parler des problèmes d’yeux que cette consommation abusive engendre.) La cause? Cette maudite lumière bleue qui nous empêcherait de secréter la mélatonine, cette hormone qui favorise l’endormissement. En gros, je crois que c’est ça… Et si c’est néfaste pour les adultes, ça l’est encore plus pour les enfants et les ados vu qu’ils sont encore en phase de croissance.

Pour pallier ce problème, les spécialistes proposent deux solutions:

  1. éteindre tous les écrans une heure avant d’aller dormir (on peut toujours rêver)
  2. utiliser des programmes qui diminuent la luminosité des écrans en fonction des moments de la journée (surtout les smartphones, tablettes et ordinateur. Concernant la télévision, elle serait moins néfaste vu qu’on n’a – normalement – pas le nez collé à l’écran)

Pour mon ordinateur, j’ai chargé f.lux. Un programme ultra-simple à installer. Et gratuit. Pour mon iPhone et iPad, j’ai chargé l’application FlexBright. Elle coûte 1 dollar 99. On peut pas dire que c’est la ruine si ça aide à sauver nos yeux.

Au début, ça fait bizarre car les écrans paraissent vachement sombre. (Surtout pour moi qui avais l’habitude de sélectionner la luminosité la plus forte pour chacun de mes écrans.). Mais il paraît qu’il faudrait ça pour que nos yeux doivent faire un effort de lecture. Bon pour nos yeux qui en prennent moins plein les mirettes et bon pour notre sommeil vu que l’endormissement ne serait ainsi pas contrarié, ou en tous cas dans une moindre mesure.

Alors, que la lumière soit… un peu mais pas trop!

N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Rejoignez les plus de 2'000 abonné.e.s à ma boostletter hebdomadaire (exemple) et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes simples et gratuites qui vont transformer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
15

Il n'y a pas encore de commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *