Ecrivez, c’est bon pour ce que vous avez!

Il y a plusieurs années, j’ai lu le livre de Julia Cameron, « Libérez votre créativité ». Sa spécialité? Réveiller le créatif qui sommeille en chacun de nous. C’est simple: suivez sa démarche et vous serez le prochain Dicker! Bon, comme on ne suit jamais une marche à suivre pas à pas – heureusement pour Mister Dicker – on n’est pas près de lui faire de l’ombre… Sans parler qu’on ne souhaite pas tous devenir écrivain. Pas de souci, même si vous ne vous considérez pas comme créatif, ce livre était intéressant, surtout sur un point.

L’auteur conseille d’écrire trois pages, tous les matins, au réveil, sans réfléchir. Une sorte d’écriture automatique. De cette manière, on se connecterait avoir son moi profond. Vous n’avez rien à écrire? Ecrivez alors « blablabli blablabla » ou « je n’ai rien à écrire ». Vous verrez, cet état ne durera pas longtemps et vous aurez rapidement quelque chose de plus intéressant à écrire. De toute manière, vous vous en fichez si c’est intéressant ou bien écrit puisque ces lignes ne seront jamais lues par personne.

Après avoir lu ce livre, j’ai longtemps rédigé trois pages le matin, dans un carnet. Puis, comme toute bonne habitude, je l’ai perdue alors que je savais qu’elle me faisait du bien. On ne se refait pas… Des mois plus tard, je suis tombée sur une jeune Youtubeuse qui parlait des trois pages du matin. New generation oblige, elle n’utilisait pas un carnet (Un quoi? Un carnet? Du papier? Mais c’est quoi?!!!???) mais un ordinateur. Tous les matins, elle se rendait sur le site 750 words (750 mots correspondant à peu près à trois pages manuscrites).

Certains diront qu’écrire sur un clavier nous connecterait moins à notre moi profond que l’écriture manuscrite et c’est sûrement juste. Mais je vois quelques avantages à un tel site (à condition que vous tapiez assez rapidement autrement ça va vous prendre la tête en même pas deux jours):

– quand vous écrivez, la case du jour est cochée. Vous voyez ainsi les jours où vous avez failli à votre mission. Pas mal question motivation;

– vous avez l’impression de retourner à la petite école puisque vous recevez des gommettes (virtuelles) quand vous écrivez plusieurs jours d’affilée. (J’avoue que ce n’est pas de recevoir des gommettes virtuelles qui me motive mais c’est rigolo quand même);

– j’ai tellement l’habitude d’écrire à l’ordi qu’écrire autant de mots à la main est devenu une torture.

En plus de cela, il y a pleins de statistiques sur le temps que vous mettez chaque jour pour écrire ces 750 mots. Vous pouvez aussi voir les mots que vous utilisez le plus fréquemment, tout comme les thèmes que vous abordez régulièrement. Bon, comme j’écris en français et que le site est en anglais, les statistiques sont faussées vu qu’elles ne prennent pas en compte cette langue. Mais ce n’est pas grave puisque, ce qui compte (en tous cas pour moi), c’est que j’écrive plus que de savoir ce que j’écris. Mais pour ceux que de telles statistiques intéresseraient, j’ai vu qu’un même genre de site existait en français. Il s’appelle 3pages.

Le site 750 words est gratuit. En tous cas les premiers temps. Ensuite il suffit de verser quelques sous (je verse 5 dollars quand on me demande de soutenir ce site. C’est le montant minimum qu’on peut donner. On ne peut donc pas dire que je me ruine.)

Ce qui me plaît avec cette écriture automatique c’est qu’elle est complètement libérée. J’ai de nouvelles idées qui viennent, des envies que je n’osais pas m’avouer. Elle me permet aussi d’y voir plus clair dans une situation qui me paraissait encore trouble quelques heures auparavant. Un peu comme les pages dont je vous parlais il y a quelques mois. (Pour relire ce billet, cliquez ici.) Maintenant, j’écris donc plutôt sur ce site et on me prend moins pour une débile dans le train… (cf ce fameux billet paru il y a quelques mois.)  On croit peut-être désormais que je suis la prochaine Dicker! 😉

 

p.s. Sorry pour les répétitions et les fautes d’orthographe mais j’écris ce billet après avoir bu une Grappa à midi. Oui, je sais, c’est pas malin alors que je sais très bien que je bosse mieux quand je n’ai pas bu d’alcool mais, comme je vous le disais plus haut, on ne se refait pas!!!!!! Entre ce qui nous fait du bien et ce qu’on fait, il y a encore un gouffre. Je prédis donc une très longue vie à ce blog vu que ce n’est pas demain la veille que j’aurais définitivement mis en pratique tout ce que j’écris.

N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Rejoignez les plus de 2'000 abonné.e.s à ma boostletter hebdomadaire (exemple) et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes simples et gratuites qui vont transformer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
6
Vous aimez? Partagez! Share on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
2 Commentaires
  • Julian
    janvier 4, 2016

    Bonjour et merci pour cet article. Pour moi le livre de Julia Cameron a eu un véritable effet déclencheur pour me lancer dans mon projet artistique.
    L’un des but de ce livre c’est de débloquer en nous ce qui nous empêche d’avancer, et ça marche.
    Le plus dur ça a été les pages du matin, mais au final c’est ce qui m’a redonné le goût pour l’écriture, et ce qui m’a permis de commencer l’écriture de mes chansons.
    Et comme je le dis dans mon dernier article, je le conseil à tous, pas seulement aux artistes, mais à tous ceux qui souhaitent apprendre de leurs émotions et qui sont curieux d’eux-mêmes.

    • Mélanie
      janvier 4, 2016

      Il faut absolument que je relise ce bouquin. En tous cas, écrire régulièrement est une vraie révélation pour moi! Qui sait, peut-être qu’un jour j’essaierai d’écrire des paroles… 😉

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *