Le coloriage, mon tricot de l’été

En matière d’activité méditative, je suis une adepte du tricot (même si je ne trouve malheureusement pas assez de temps pour en faire). Les deux projets tricot que j’ai en suspens sont une écharpe (oui, encore une!!!!! Quand on est pas encore une pro du tricot, c’est le truc le plus facile à faire. Mais je varie quand même les points!) et un pull (paraît-il pas trop compliqué à faire).

Le problème, c’est que les deux nécessitent une laine assez épaisse et tricoter avec de la grosse laine quand il fait chaud, ça le fait bof. Et comme je suis dans une phase, je termine ce que j’ai commencé avant de me lancer sur autre chose, je ne vais pas amorcer un troisième projet tricot.

Je me suis donc dit que c’était la bonne occasion pour tester l’activité dont tout le monde parle: le coloriage. En plus, c’est une activité qui fait retomber en enfance plutôt qu’au stade mémé! Colorier me rappelle des bons souvenirs. J’ai toujours aimé ça quand j’étais petite. Faire bien, ne pas sortir du cadre. Pas très funky mais j’ai fini par admettre que j’étais plutôt bonne élève que petit tyran qui tente toujours de faire péter les barrières qu’il trouve sur son passage. Et comme je suis assez nulle en dessin, j’ai un peu l’impression d’être une artiste sans en être une.

Donc, pour moi, le coloriage ne me demande pas beaucoup d’efforts. J’ai acheté un carnet qui me parlait dans une librairie. (Il y en a des tonnes, de toutes les tailles, de tous les styles. Impossible de ne pas en trouver un qui vous convienne.) J’ai aussi acheté une jolie boîte de crayons de couleur. Autant mettre toutes les chances de son côté pour commencer.

Quand j’ai un peu de temps, je colorie. Plutôt souvent et pas très longtemps. Une activité sympa mais sans plus. Pas de quoi en faire des tonnes dans les médias. Mais un dimanche, révélation, je m’y suis mise pour plus longtemps et c’est là que la magie opère… Passé un moment, vous entrez vraiment en méditation ou en transe, je sais pas. Il y a soudain l’appel du coloriage qui se met en branle et vous êtes attiré par lui plutôt que par n’importe quelle autre activité.

Je pense que, comme je médite régulièrement, j’ai atteint cette phase plus rapidement qu’une personne qui n’aurait pas l’occasion de se concentrer fortement sur une seule activité régulièrement.

Ça m’a fait penser à quelques épisodes de la deuxième saison de « House of Cards » durant lesquels des Moines tibétains passaient des jours dans le hall d’entrée de la Maison Blanche pour y réaliser un mandala, un dessin hyper-minutieux réalisé avec du sable mélangé à des colorants.

A la fin, les moines détruisent cette œuvre. Pourquoi? Parce que, « dans la tradition bouddhiste, l’impermanence est l’acceptation que tout est éphémère, et que la souffrance trouve son origine dans l’attachement aux biens comme aux personnes. Le fait de travailler des heures durant sur les mandalas prouve que c’est l’expérience qui compte, et non le résultat. » (Explications trouvées sur le site Voyager Loin.)

Le coloriage, c’est un peu ça. Je ne les encadre pas à la fin. Les miens vont directement à la poubelle. Je devrais penser à peaufiner le cérémonial de fin…

N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Rejoignez les plus de 2'000 abonné.e.s à ma boostletter hebdomadaire (exemple) et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes simples et gratuites qui vont transformer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
5
1 Commentaire
  • Miss Glam
    août 6, 2015

    « l’impermanence est l’acceptation que tout est éphémère, et que la souffrance trouve son origine dans l’attachement aux biens comme aux personnes »
    Jolie phrase…je devrais me la faire encadrer et l’accrocher à côté de la porte de chez moi, que je lirais à chaque fois que je sortirais !!

    Moi aussi je me suis mise au coloriage de mandalas (des motifs japonais pour ma part), c’est pas mal, mais le soucis c’est que je manque de temps pour m’y a donner ! un conseil pour améliorer cela Mel ?

    Je rajoute au fait de colorier de la musique, une tasse de thé noir au jasmin …. et ça repart !! 😀
    Pour ma part, je ne les jette pas, je les met dans une boite à chaussure ! pourquoi doit toujours se séparer des choses qui nous on fait du bien ?? n’est pas égoiste de notre part ?? on s’en sert, on se sent bien,mieux et on s’en débarrasse comme un vulgaire chwing gum qui n’a plus de goût ?? (pareil pour les personnes soit dit en passant !^^)

    Bise

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *