«Lorsque vous écoutez un pianiste exécuter une pièce avec une parfaite légèreté, vous assistez au produit d’un travail immense. La poésie, un alexandrin par exemple, c’est la légèreté dans la contrainte, c’est «danser dans les chaînes», comme disait Nietzsche. C’est vers cette légèreté-là qu’il faut tendre. Celle qui naît de la maîtrise. J’estime que l’école doit entendre cela. Il faut donner aux enfants, aux jeunes, le goût du travail, qui permet de dépasser la légèreté pauvre du consommateur, pour accéder, enfin, à la légèreté de l’artiste.»

N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Rejoignez les plus de 2'000 abonné.e.s à ma boostletter hebdomadaire (exemple) et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes simples et gratuites qui vont transformer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
3
— Gilles Lipovetski

Il n'y a pas encore de commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *