L’énergie du désespoir

J’ai toujours été intéressée par ces gens qui vivent une expérience extrêmement douloureuse puis profitent de ce méga-down pour faire un truc de dingue.

La semaine dernière, la chanteuse Christine and the Queens a été une des queens des Victoires de la Musique. J’avais déjà entendu parler des performances et des morceaux de cette nana un brin timbrée mais je n’en savais pas vraiment plus.

J’ai appris qu’elle avait enfin compris ce qu’elle voulait faire de sa vie après une déception sentimentale.

23_2_15_Deception2

(in le magazine Next, en mai 2014)

Ça m’a rappelé un autre cœur brisé qui en a profité pour faire des merveilles, la chanteuse Adele. Elle aussi larguée, elle se venge en en faisant une chanson qui régalera les oreilles de millions de gens.

 

Il faut parfois l’énergie du désespoir pour oser quelque chose de fou. Bon, j’aimerais croire qu’on peut y arriver sans devoir passer par cet étape de tristesse absolue mais c’est vrai que de la merde naît souvent la beauté (à condition qu’on arrive à arrêter de plonger à un moment donné). C’est quand même quitte ou double cette histoire. Autrement, si j’étais sûre que j’allais faire un truc merveilleux, je demanderais à mon amoureux de me larguer sur le champ. (Mais non, je déconne!!!!!!) Il y a malheureusement aussi des gens qui vivent les pires trucs et qui n’en font rien ensuite.

Mais il faut parfois se sentir libéré de tout pour oser. Quand ça ne peut pas être pire, ça ne peut qu’être mieux (wouah, ça c’est de la phrase!!!!!! C’est lundi matin, alors vous me pardonnerez!) alors pourquoi ne pas tenter le truc qu’on n’aurait jamais osé faire avant.

A ce propos, une amie m’a transmis un lien sur un article qui parlait exactement de ça. C’est l’histoire d’un mec qui est prêt à toucher le pactole au jeu « Qui veut gagner des millions » version américaine et qui perd une somme énorme en répondant mal à une question. (L’article est long, ok, mais vachement intéressant alors si vous avez un peu de temps devant vous, le voici.) Enfin, perdre… C’était de l’argent virtuel puisqu’il n’avait encore rien vraiment gagné. Mais, pour lui, c’était exactement comme si ça avait été le cas. Cet échec a créé un tel déclic qu’il a décidé d’enfin vivre son rêve. Il avait connu le « pire » et il n’en était pas mort alors pourquoi ne pas tenter le tout pour le tout…

Je vous l’accorde, on n’est pas tous nés pour devenir le king des charts mais il y a toujours un truc après, même si celui-ci n’est pas artistique. Je me rappelle de cette femme qui m’a écrit pour me dire que, maltraitée dans son emploi, elle a décidé de tout plaquer pour partir élever des moutons à l’autre bout du monde.

Je lisais dans la presse, ce week-end, un article sur Hans Erni, ce peintre suisse de 106 ans, dont la devise est «Ta panta rhei», soit « Tout passe ». Tout passe, tout n’est que mouvement, le bonheur comme le malheur. Il ne nous reste donc qu’à oser faire.

Bon, c’est aussi la devise de ma mère et j’aime mieux vous dire que, quand elle me la sortait quand j’échouais à un examen ou que je venais de me faire larguer par un mec, j’aurais préféré qu’elle me dise que ce qui m’arrivait était horrible et que j’étais une pauvre petite chose mais, avec le recul, elle avait raison. Tout passe et c’est souvent pour un mieux si on arrive à surmonter l’épreuve.

Sur ce, au boulot et bonne semaine!

N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Rejoignez les plus de 1'500 abonnés à ma boostletter hebdomadaire et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes qui vont changer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
7
Vous aimez? Partagez! Share on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Il n'y a pas encore de commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *