Faut qu’ça sorte!

J’ai souvent essayé de rédiger un journal intime mais sans jamais tenir sur la longueur. J’aimais l’idée puis je déprimais. En fin de journée, je m’asseyais devant mon beau carnet avec rien d’autre à écrire que « journée bof. J’ai bossé. J’ai vu Marie, c’était sympa. » Bref, aussi passionnant que les « Mélanie is en train de manger un pain au chocolat » des débuts de Facebook. Sans parler des fois où je retombais sur un journal intime des années après et que j’avais la bonne idée de me replonger dans mes pensées d’adolescente qui se plaignait que les adultes ne comprenaient rien à la vie. Bref, pathétique et surtout pas très constructif. En ce qui me concerne en tous cas…

Mais j’ai toujours cru au pouvoir de l’écriture. Encore fallait-il que je trouve la manière.

Quand quelque chose me contrarie, j’ai la fâcheuse tendance à me fermer comme un huître. Plutôt que de parler, écrire m’a souvent aidé à voir plus claire dans une histoire qui s’assombrissait. Encore fallait-il que je prenne une feuille et un crayon et que je m’y mette. Parce que, je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais on a souvent du « plaisir » à rester dans une situation galère alors qu’on saurait très bien comment prendre le taureau par les cornes mais comme les taureaux (donc moi…) sont têtus…

J’ai enfin trouvé mon truc: écrire mais pour ne pas être lue. L’important pour moi c’est que ça sorte. Laisser une trace, j’en ai franchement rien à f… En tous cas pas comme ça. Donc, tous les matins, (enfin presque) j’écris. Même n’importe quoi. Et quand j’ai un truc qui coince, je me pose la question par écrit du pourquoi du comment et souvent ça me permet d’avancer. Comme je ne suis plus une ado qui préfère mettre la faute sur les autres (enfin j’essaie!) plutôt que de réfléchir à son « triste » sort et se donner les moyens d’avancer, ça marche.

Comme je ne veux pas m’embarrasser de papier et que, surtout, je ne vais pas me relire, j’écris sur mon iPhone avec un stylo qui a un petit bout en mousse pour pouvoir écrire sur un smartphone comme sur une feuille. Pour ce faire, j’ai téléchargé l’application Sketches qui est conçue pour dessiner plus que pour écrire mais ça me va très bien. J’écris puis je récris sur ce que j’ai écris. Comme je l’ai dit plus haut, l’important est simplement que ça sorte.

Vous vous demandez sûrement pourquoi je n’écris pas simplement sur un clavier… Eh bien parce que je ne veux surtout pas me relire. (D’ailleurs chaque jour, j’efface la feuille de la veille et j’en crée une autre.) Il paraît surtout que d’écrire à la main plutôt qu’avec un clavier nous relierait mieux à notre conscience. Voilà pourquoi.

Donc, si une fois vous me croisez dans le train en train (ah ah ah!) d’écrire et de récrire sur l’écran de mon iPhone, ne me prenez pas pour une folle!!!!!

N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Rejoignez les plus de 2'000 abonné.e.s à ma boostletter hebdomadaire (exemple) et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes simples et gratuites qui vont transformer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
10
2 Commentaires
  • la page
    novembre 15, 2014

    C’est galère de trouver des sujets précis sur ce que l’on recherche, ton article lui apporte vraiment l’essentiel

  • SNI éditions
    août 31, 2015

    Vous avez abordé des thèmes super passionnants dans votre article ! merci

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *