La mise en quarantaine

Comme je n’aime pas être entourée de choses superflues, je n’ai aucun problème à faire du tri. J’en fais régulièrement. Vu que j’ai peu de choses, le tri est vite fait. Mon problème n’est pas de jeter mais de trop jeter. J’oublie parfois que je vis avec un homme et deux enfants (à mi-temps) et que ce dont je n’ai plus envie, eux, peut-être, en veulent encore.
 
J’ai donc mis en place une stratégie: celle de la mise en quarantaine. Cela évitera peut-être au petit dernier de devoir plonger sa main dans la poubelle pour retrouver la cuillère que Ronald lui avait gracieusement offerte avec son Happy Machin.
 
Quand je vois un truc qui me semble inutile, je le mets en hauteur, dans un espace dont on ne se servait pas. Je laisse ainsi des objets en stand-by. Parfois, mon homme va rechercher quelque chose. Je sais alors qu’il en a l’utilité. Et, parfois, c’est moi qui vais rechercher quelque chose. Il y a des objets qu’on utilise que très rarement mais qu’on utilise quand même. Avant, j’aurais jeté et racheté un nouveau au moment où j’en aurais eu besoin. Pas très « art de la simplicité ».
 
Je fais pareil avec mes fringues. Je ne les jette pas tout de suite mais les mets hors de ma vue et si je ne les ai pas récupérés au bout de quelques mois, c’est out sans même y jeter un dernier coup d’œil.
N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Rejoignez les plus de 2'000 abonné.e.s à ma boostletter hebdomadaire (exemple) et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes simples et gratuites qui vont transformer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
2

Il n'y a pas encore de commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *