La théorie de la palette de maquillage

Depuis que j’essaie de consommer moins (ou mieux), je me surprends à terminer mes pots de crèmes et, chose toute nouvelle, ma palette de fards à paupière (mis à part la couleur la plus claire que je n’utilise que très rarement). Je crois que c’est la première fois de ma vie que je vois le fond d’un boîtier.
 
Avant, j’avais tendance à passer d’une teinte à l’autre, d’une marque à l’autre, changeant constamment au grès de mes envies pour finir par me débarrasser de produits à peine utilisés. Sans vous parler du fait que si un boîtier avait été cassé comme celui-ci, il aurait passé directement à la poubelle. 
 
Ça m’a fait penser à ce qu’on lit dans presque tous les livres de développement personnel, soit l’importance d’aller au fond des choses. L’importance de commencer quelque chose, puis de persévérer pour finalement, et surtout, terminer cette chose. Ne pas s’arrêter en route, ne pas se saboter, ne pas se laisser détourner ni se laisser diriger par ses peurs. Parce qu’on le vaut bien! 😉
N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Rejoignez les plus de 2'000 abonné.e.s à ma boostletter hebdomadaire (exemple) et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes simples et gratuites qui vont transformer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
3

Il n'y a pas encore de commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *