Les filles, on arrête de faire les bonnes élèves!

0 Pas de mots-clés Permalien 1
@Doisneau
 
 
 
 

Je suis très intéressée par la problématique des femmes et de leur place dans l’entreprise. Peu souvent à des postes à responsabilités alors qu’elles sont plus nombreuses que les hommes à sortir de plusieurs formations universitaires. Sont-elles « responsables » de cela ou vit-on dans une société encore terriblement machiste qui empêche l’accession des femmes à des postes de pouvoir? Vaste débat. J’en parle régulièrement avec mon homme ainsi qu’avec mes copines qui sont pile dans l’âge où des postes intéressants se présentent à elles.

Une chose est sûre, la problématique n’est pas simple et la solution encore moins. Cet état de fait est la cause d’un faisceau de circonstances. Toujours est-il que je constate que nous, les femmes, avons trop souvent tendance à nous saboter en voulant jouer les bonnes élèves. (A ce propos, lire absolument le livre de la numéro 2 de Facebook, Sheryl Sandberg, « En avant toutes ».)

Il y a quelques semaines, je parlais avec une amie qui a tout pour elle. Elle a fini brillamment ses études, est une mère de famille accomplie, intelligente, belle, drôle. Bref, la fille qui a tout pour elle. Le genre de nanas qu’on adorerait détester tellement elle brille dans tout.

Cela fait quelques années qu’elle est promise à un avenir brillant dans son entreprise. Son chef l’aide à gravir les échelons, croit en elle, la pousse à se perfectionner à l’étranger pour revenir encore plus formée qu’elle ne l’était déjà.

Il y a quelques semaines, un poste à responsabilité s’ouvre. Pour l’obtenir, il fallait qu’elle présente un article pour obtenir un diplôme. Un très bon diplôme si l’article était jugé excellent ou un diplôme moyen s’il était jugé bon mais pas top. (J’espère qu’elle m’excusera si elle lit ces lignes car j’avoue ne pas être ultra-précise dans les faits mais je pense que les grandes lignes, dans ce cas, sont plus importantes que les détails.)

Pas sûre de son coup (soit pas sûre d’obtenir le top diplôme), elle décide de ne pas présenter d’article. Sauf qu’un de ses collègues mâle (pourtant beaucoup moins qualifié qu’elle) n’hésite pas. Il présente son article, obtient un diplôme moyen et se voit confier le poste car un diplôme moyen suffisait pour l’obtenir. Elle est donc passée à côté du truc de peur d’être jugée moyenne.

Parfois, ne ferait-on pas mieux de voir la finalité plutôt que de vouloir passer toutes les étapes avec brio au risque de ne jamais arriver au but parce que d’autres (souvent des hommes) auront eu moins de « scrupules »? Finalement, on se souviendra du but et moins des étapes pour y arriver (ou non).

N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Rejoignez les plus de 2'000 abonné.e.s à ma boostletter hebdomadaire (exemple) et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes simples et gratuites qui vont transformer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
1

Il n'y a pas encore de commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *