Demandez qu’on vous félicite

0 Pas de mots-clés Permalien 1

A quel moment avons-nous perdu le goût de la spontanéité? Je regardais le fils de mon amoureux ce week-end. Il était en train de faire un dessin. A peine a-t-il terminé qu’il a fait le tour de la maisonnée pour montrer à tout le monde son œuvre. Et j’aime mieux vous dire qu’il était pas peu fier.

A un certain âge, on arrête cela. On fait nos trucs dans notre coin et on ne le partage plus avec personne. Comme si, devenir grand, ça voulait dire « devenir seul ». Mais est-ce que cela signifie qu’on n’a plus besoin que les gens nous disent à quel point ce que l’on fait est bien, beau ou même moche. Mais nous disent un truc!

Le pire, c’est dans le monde du travail. Quand est-ce que votre chef vous a félicité pour la dernière fois? Pour ma part, je ne m’en souviens pas. Il ne me dit pas non plus que ça ne va pas. Les journées s’enchaînent simplement. Les gens font leur boulot et les boss trouvent ça normal.

Je n’ai pas besoin de ça pour avancer mais je trouve qu’une petite tape dans le dos de temps-en-temps, histoire d’encourager les troupes, ça ne ferait pas de mal, non?

La fille d’une collègue vit en Australie. Elle travaille dans le marketing d’une grosse boîte. Chaque mois, il y a l’élection de l’employé du mois. Elle a déjà été nommée plusieurs fois et elle a trouvé ça vachement chouette. Ça montre que ses chefs sont contents d’elle, elle reçoit du champagne et ses collègues rêvent d’être à sa place le mois d’après. Je ne suis pourtant pas fan du système à l’américaine mais entre ça et rien, je préfère ça!

Dans les livres de développement personnel, on nous explique à longueur de pages qu’il faut demander pour recevoir, mettre sa fierté de côté et foncer. J’ai essayé. Pas dans ma vie professionnelle mais chez moi. 

L’autre jour, j’ai revu l’aménagement d’un tiroir. Il était nickel-chrome. On trouvait tout en un clin d’œil. J’étais hyper-fière de moi et je voulais le crier sur tous les toits. Bon, afin que mes voisins ne me prennent pas pour une cinglée, je me suis tue. J’avais quand même envie que quelqu’un voit cela et me dise « wouah »! Partager mon enthousiasme. Donc, quand mon homme est rentré à la maison, je lui ai montré le fameux tiroir (qu’il n’aurait pas vu avant plusieurs jours si je ne l’avais pas sollicité). Il a fait « wouah » et, moi, j’étais contente, comme un gamin de 7 ans!

Il suffit parfois de pas grand chose.




N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Rejoignez les plus de 2'000 abonné.e.s à ma boostletter hebdomadaire (exemple) et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes simples et gratuites qui vont transformer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
1

Il n'y a pas encore de commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *