Prendre la vie à la légère

0 Pas de mots-clés Permalien 6

 

Je vais continuer sur ma lancée pourquoi-se-prendre-la-tête. Je suis dans ma lecture hebdomadaire du magazine « Elle » (je ne le trouve pas toujours génial génial mais je ne peux m’empêcher de le lire toutes les semaines. Il y a toujours un article sympa, une phrase qui me fait sourire, une photo qui m’inspire. Je cherche beaucoup mais je n’ai jamais trouvé un magazine qui lui arrive à la cheville sur le long terme.)

J’arrive à l’interview de star. Cette semaine: Amanda Seyfried. Je ne suis pas spécialement fan de cette actrice mais j’ai parcouru les questions et aussi quelques réponses. Je suis toujours impressionnée par la maturité des stars d’Hollywood (elle a 27 ans). Bon, j’imagine que tout ce qu’elles vivent dans ce monde impitoyable les font mûrir plus vite. (Il manque un peu de violons après cette phrase, non?!) Pour jouer la cynique, sûrement de la maturité et une bonne dose de spécialistes de la communication…

Il y a deux points qui ont raisonné en moi:

1. Quand la journaliste lui demande comme elle gère son anxiété, elle répond: « Je respire profondément, comme au yoga. L’oxygène aide à me recentrer. »

Ça peut paraître tout bête mais, arrêtez-vous un moment, et observez-vous respirer! Alors, vous respirez comment? Vous prenez de longues inspirations? Sans mentir…

Il y a quelques années, j’ai consulté un ostéopathe pour des tensions dorsales. Il m’a manipulée puis m’a conseillé de bien respirer. Pas seulement au niveau du cou mais jusque dans le ventre. Pour voir si vous respirez suffisamment, il suffit de regarder si votre ventre bouge. Il faut le laisser aller, prendre sa place. C’est pas le top pour avoir le ventre plat mais il faut faire des choix dans la vie. Et je vous promets qu’on peut être bien dans sa peau avec un petit bidon qui vit!

J’ai décidé de suivre ses conseils. Au début, je devais y réfléchir, m’imposer des moments de respiration consciente avant que ça ne devienne un automatisme. Et, depuis, quelle libération!


2. A la dernière question: « Si vous pouviez vous adresser à l’adolescente que vous étiez, que lui diriez-vous? » (Eh oui, les journalistes de « Elle » ont aussi droit à leur minute « question cu-cul ».) La réponse de Miss Seyfried: « Ne pense pas trop. Aime-toi. Et sache que tu n’es pas aussi grosses que tu le crois! »

La réponse paraît aussi cu-cul que la question mais ça vaut la peine d’y réfléchir .. et de relire mon billet sur la smile-attitude.

N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Rejoignez les plus de 2'000 abonné.e.s à ma boostletter hebdomadaire (exemple) et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes simples et gratuites qui vont transformer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
6

Il n'y a pas encore de commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *