Ce que ma nièce de 6 ans m’a appris…

Vous avez certainement entendu dire que la vérité sort de la bouche des enfants. Cette semaine, j’ai repensé à une de ces jolies vérités qui est sortie de la bouche de ma nièce l’été dernier, alors que nous faisions une balade en montagne en famille. Elle avait alors 6 ans.

Elle marchait derrière moi. A côté d’elle, son cousin. Ils parlaient en n’imaginant certainement pas que je les écoutais. (A cet âge, on fait moins de cas de ce qui se passe autour de nous. C’est Le pouvoir du moment présent d’Eckhart Tolle en action!) Ils parlaient d’un enfant qu’ils connaissaient qui avait tendance à faire la tête quand on lui disait quelque chose qui ne lui plaisait pas. Mais pas à faire la tête juste un moment. A faire la tête pendant une bonne partie de la journée.

Et là, ma nièce explique à son cousin qu’elle comprend cette attitude, qu’elle aussi a tendance à se vexer quand on lui dit quelque chose qui ne lui plaît pas. (Bon, c’était pas exactement ses mots mais vous saisissez l’esprit.) Puis elle ajoute: « Mais si cette personne vient ensuite en me disant quelque chose qui me fait rigoler, je ris. J’arrête de faire la tête parce que je préfère m’amuser que bouder. »

A cet instant, je me suis remémorée le nombre d’heures que j’ai passé à bouder étant petite (et pas qu’en étant petite d’ailleurs, je dois bien l’avouer). Je finissais seule dans mon coin alors que tous les autres reprenaient une vie normale. Je les entendais s’amuser et moi je continuais à bouder en espérant que ça allait leur gâcher leur journée alors que pas du tout.

Restez informés!
Rejoignez les plus de 1'500 abonnés à ma boostletter hebdomadaire et recevez GRATUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes qui vont changer votre vie"
Vos coordonnées ne seront jamais transmises à des tiers

Si j’ai pensé à cette réflexion de ma nièce cette semaine, ce n’est pas parce que je boudais mais parce que j’ai reçu des nouvelles d’une personne qui ne m’en avait pas donné pendant plusieurs mois. La dernière fois qu’on s’était vues, ça s’était terminé en eau de boudin. On n’avait plus eu de contact ensuite et je me suis mise à me faire un film en me disant qu’elle était quand même gonflée, que ci, que ça,…

Après des semaines, elle m’envoie un message comme si de rien n’était pour me dire que ça lui ferait plaisir de me voir.

Mon premier réflexe: bouder.

Lui faire payer le fait qu’elle ne m’avait plus donné de nouvelles. « Non mais pour qui elle se prend?!!!???! Elle ne me donne pas de nouvelles et, là, elle décide qu’elle veut me voir et je dois accourir comme un bon toutou… » Vexée, c’est ce qui m’est venu en tête alors que, au fond, j’étais super contente de la revoir parce qu’elle m’avait manqué et qu’on passe toujours des super moments ensemble.

J’ai alors pensé à la minute philo de ma nièce. Je me suis posée et je me suis demandée:

QUEL INTÉRÊT J’AVAIS À BOUDER?

La réponse: AUCUN. En agissant de la sorte, j’allais juste me priver d’un bon moment. J’ai donc ravalé ma fierté et je lui ai répondu que j’en serais ravie. On s’est vues et on a passé un super moment. Elle m’a expliqué ce qu’elle avait vécu ces dernières semaines et j’ai bien compris que, si elle ne m’avait pas donné de nouvelles, ce n’était pas dirigé contre moi.

J’ai passé trop d’années à me priver de bons moments en boudant. Je pense que j’ai dû atteindre mon quota. Maintenant, j’ai décidé que si quelqu’un me propose un chouette truc alors que j’étais énervée deux minutes avant, eh bien je n’allais plus m’empêcher de vivre ce truc sympa.

Désormais, je décide de rigoler plutôt que de bouder.

Merci qui? Merci Lucie! 😉

Dans la même veine, lire aussi: ce que mon beau-fils de 8 ans m’a appris

N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Rejoignez les plus de 1'500 abonnés à ma boostletter hebdomadaire et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes qui vont changer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
9
Vous aimez? Partagez! Share on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
6 Commentaires
  • Orianna
    juin 30, 2017

    Hello Mélanie,
    Tu as mis en pratique un des quatre accords toltèques en faisant cela !
    Bon j’avoue, entre « N’en faites jamais une affaire personnelle » et « Ne faites aucune supposition », j’ai un peu du mal à distinguer lequel des deux est le plus adapté à la situation, mais c’est clairement cet état d’esprit !
    Si tu ne l’as pas lu, je te le conseille, d’après ce que je vois de tes articles, cela devrait te plaire comme lecture : Les 4 accords toltèques de Don Miguel Ruiz
    Orianna

    • Mélanie
      juillet 5, 2017

      Merci. J’en avais déjà entendu parler et je pense que ça vaudrait la peine que je me penche plus franchement sur ce sujet.

  • Val
    juillet 1, 2017

    Aaah je pourrais écrire un livre avec toutes les phrases tellement sages que me sort ma nièce (11 ans maintenant ), même ma psy m’a dit de m’en inspirer!!!

    • Mélanie
      juillet 5, 2017

      J’adorerais avoir un florilège! Je suis fan de leurs sorties si pleines de sagesse.

  • Kevin
    juillet 11, 2017

    Lorsque quelqu’un me déçoit et que je commence à avoir du ressentiment pour cette personne, j’ai trouvé une petite astuce qui parfois fonctionne pour changer mon état d’esprit. J’essaie d’imaginer les raisons pour lesquelles cette personne a agit comme ça. Et lorsque je fais ça, je ne centre plus le problème sur moi et j’arrive à relativiser plus facilement.
    Bouder et rester dans le négatif n’est jamais une solution. Lucie a raison 😉

    • Mélanie
      juillet 12, 2017

      Je lisais justement quelque chose qui allait dans le même sens hier. Quitter son propre point de vue et se mettre à la place de l’autre. Je vais essayer de mettre cela en pratique. Merci!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *