[Couple] Et si vous le laissiez prendre les devants?

Je vous préviens, ce billet est bourré de clichés mais j’ai décidé d’y aller à fond.
C’est parti!
Vous avez déjà remarqué ces nanas qui traitent leur mec comme des gamins? Elles ne leur laissent prendre aucune initiative. Elles les infantilisent. Elles s’occupent des courses, des mômes, des repas, du ménage, de la lessive. Puis elles finissent par se plaindre auprès de leurs copines, de leur famille, de la caissière du supermarché, que leur mec n’en fout pas une, qu’elles doivent s’occuper de tout.
Sauf que, dès que leur mec lève le p’tit doigt, elles sont là, prêtes à leur aboyer dessus au moindre « faux pas ». « Non mais c’est pas possible! Tu peux pas laisser sortir la petite habillée comme ça! » « T’as prévu ce repas avec ces potes mais tu sais bien que, le lendemain, j’ai yoga à l’aube et qu’il faut qu’je me couche tôt! » « Tu peux pas amener les kids manger au McDo. Tu sais bien que c’est bourré de sucres cachés. Tu veux les tuer ou quoi? » Et, tout en disant ça, elles refont le lit que leur mec avait fait… mais pas assez bien.
Tu m’étonnes qu’ensuite ces mecs ne lèvent plus le petit doigt et qu’ils finissent par avoir plus peur de leur compagne que des zombies dans Walking Dead.
Les hommes sont-ils des mous ou est-ce que ce sont ces femmes dragons qui les ont rendus mous? De la poule ou de l’œuf, on se pose encore et toujours la question…
Je vous avais prévenu que ce billet était bourré de clichés! 😉
Je critique ces femmes mais j’étais comme ça il y a encore pas si longtemps. Je me rends compte que, moins j’étais bien dans mes pompes, plus j’étais à l’affût du moindre manquement de l’homme avec qui j’étais. Comme si, en le rabaissant, je prouvais à quel point j’étais incroyable et indispensable à la bonne marche du ménage.
L’été dernier, je suis partie en vacances avec mon amoureux et ses kids, pendant 3 semaines, aux States. Et ce voyage a été un exercice de lâcher prise ultime. Pourquoi? Parce que je n’ai rien décidé du tout. Les vols d’avion, la location des voitures, les activités sur place, les hôtels, les restos. Je me suis laissée guider du début à la fin.
Vous allez sans doute penser: « Mais c’est génial! Quelle chance tu as que ton mec organise tout! J’aimerais tellement que le mien fasse aussi ça. » Sauf que, pour moi, ce n’était pas du tout aussi simple que ça parce que nous n’avons pas du tout la même façon de préparer ni d’envisager un voyage. Mais vu qu’on partait avec SES enfants, et surtout avec SON argent ;-), je me suis dit que j’allais le laisser prendre les rênes et que j’allais en profiter et non pas lui faire remarquer chaque fois que j’aurais fait différemment.
Je me suis mise en mode il-a-décidé-de-faire-comme-ça-et-c’est-très-bien. Et, en fait, pourquoi est-ce que MA manière de faire serait forcément plus juste que SA manière de faire? Par exemple, pourquoi est-ce que prendre l’avion pour faire San Francisco – Las Vegas (ce qu’il a décidé de faire) serait moins bien que louer une voiture pour faire ce même trajet (ce que j’aurais fait).
Pour moi, privilégier la voiture, c’est économiser de l’argent
Pour lui, privilégier l’avion, c’est gagner du temps
Chacun son truc…
Est-ce que l’un est objectivement mieux que l’autre? That is the question, mon cher Watson…
Je dois vous avouer que j’ai souvent eu envie de dire quelque chose. Mais je me retenais et je décidais de voir le positif et… figurez-vous que ça fonctionne. On a passé des chouettes vacances et j’ai vu des paysages incroyables depuis le hublot de l’avion qui nous amenait de San Francisco à Las Vegas. Paysages que je n’aurais jamais pu admirer depuis la vitre de la voiture que j’aurais louée si j’avais pris les choses en main.
Depuis l'avion entre San Francisco et Las Vegas

La vue depuis l’avion entre San Francisco et Las Vegas

Même si je n’aurais pas du tout fait pareil, j’ai adoré ce voyage. J’ai décidé de me laisser aller et je me suis laissée aller. J’ai bien profité et je n’ai surtout pas joué le rôle que j’exècre: celle de la femme qui reprend son homme dès qu’une occasion se présente.
Et si on faisait un peu plus souvent confiance à notre conjoint? (Comme à toute autre personne proche d’ailleurs) Et si on acceptait de se laisser un peu aller de temps en temps? Et si on acceptait de passer la main et d’accepter tout simplement ce qui arrive? Et si on baissait un peu nos exigences? Et si on acceptait d’un peu moins maîtriser et d’un peu plus être surprise (souvent pour le meilleur et parfois pour le pire)?
Et si le lit n’est pas aussi bien fait que dans un 5 étoiles, est-ce si grave? Et si on mange au McDo de temps en temps, est-ce si grave? Et si, et si, et si…
L’autre jour, en regardant un épisode de Madam Secretary, je suis tombée sur cette scène et ça m’a fait penser à ça.
J’vous plante le décor: le lave-linge est tombé en panne. Le mari propose de le réparer. La femme veut appeler un réparateur parce qu’elle ne croit pas son mari capable de s’en occuper convenablement. Il lui dit qu’il peut s’en occuper lui-même. Elle insiste pour lui dire qu’il n’y arrivera pas. Finalement le dépanneur arrive. Et voilà le résultat…

N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Rejoignez les plus de 1'500 abonnés à ma boostletter hebdomadaire et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes qui vont changer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
8
Vous aimez? Partagez! Share on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
2 Commentaires
  • salomé
    septembre 1, 2017

    Génial génial génial !!!! C’est pour ce genre d’article qu’il vaut la peine de se lever avant les gosses pour s’inspirer pour la journée (et pour la vie entière, d’ailleurs) !
    Merci de m’avoir boostée à plus faire confiance à mon homme ! (Et j’t’explique pas à quel point LUI te dirait merci…) 😉

    Belle journée !

    Salomé

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *