Se renseigner avant de râler

Hier, je devais me rendre à Zurich. Le matin, je suis donc montée dans le train qui faisait Nyon – Zurich, train plus communément appelé « Gerbolino » par les initiés tellement celui-ci tangue dans les virages afin d’être le plus aérodynamique possible.

J’ai lu récemment que le meilleur moyen pour ne pas avoir la nausée dans ce train était de dormir ou, si vous n’arriviez pas à plonger dans les bras de Morphée, au moins de fermer les yeux. C’est donc ce que j’ai fait durant la moitié du voyage.

Comme c’est une période de vacances, les wagons étaient plutôt squattés par des familles qui partaient à la découverte de la Suisse allemande que par de businessmen rivés sur leur ordinateur. Bon, j’étais en deuxième classe, ceci expliquant peut-être aussi cela…

Pas loin de moi: une femme avec sa mère et ses deux enfants de 3 et 5 ans à vue de nez. Je pense une de seules mères loin à la ronde qui n’avait ni iPad ni iPhone à proximité pour occuper les enfants durant les 2h30 qui allaient suivre. Moi qui trouve souvent dommage que les parents collent les enfants devant un écran, j’allais comprendre ma douleur.

Le voyage a commencé par la lecture d’une histoire. Celle-ci visant certainement à endormir les enfants n’a pas atteint son but. Moi, par contre, j’ai plongé dans le sommeil pendant une bonne demie heure. En ouvrant les yeux, la famille était attelée à un jeu de Memory. Jeu qui les a occupé bien 10 minutes. Place ensuite au « le premier qui voit quelque chose de rouge a gagné ».

C’est à ce moment-là que j’ai opté pour le casque avec musique à fond et que je me suis endormie jusqu’à ce que je me fasse réveiller par un bruit répétitif assez énervant. Le petit était en train de jouer avec la tablette qui se trouvait devant lui en lâchant la partie rabattable violemment (non, non, pas une tablette électronique mais une petite table du train qui peut se déployer pour, par exemple, poser un ordinateur dessus. Ou un jeu de Memory…)

Sans ouvrir les yeux, je me suis dit que j’allais dire quelque chose parce que c’était quand même insupportable. Puis je me suis dit que c’était normal que ces deux enfants pètent un peu les plombs vu la longueur du voyage. Ils avaient quand même été vachement sages, je pouvais alors leur laisser quelques minutes de pétages de plombs.

Après 1 minutes 30, trop agacée, je me suis dit que c’était quand même trop et que j’allais dire quelque chose. C’est à ce moment-là que j’ai ouvert les yeux et que j’ai constaté que les enfants n’étaient pas du tout en train de jouer avec la tablette. Les deux s’étaient tranquillement endormis.

Le bruit venait de la mère qui, canicule oblige, s’envoyait des litres d’eau d’Evian dans la bouteille version Sport. Chaque fois qu’elle tirait sur le bouchon pour boire, le plastique de la bouteille se froissait en faisant comme un bruit de tablette dont on lâcherait la partie rabattable violemment.

Comprendre d’où le bruit venait a instantanément permis de calmer mon agacement. Comme quoi il suffit parfois de comprendre les choses pour changer de point de vue.

Ça m’a fait penser à ma mère qui, quand j’étais petite, m’avait préparé un gratin de pommes de terre. Lorsqu’elle me demandait ce que j’en pensais, je lui répondais que je trouvais quand même qu’elles avaient un goût bizarre ces pommes de terre. C’est alors qu’elle m’a répondu « c’est normal, c’est pas des pommes de terre mais du chou-fleur ». J’en reprenais une fourchetée avant d’ajouter « ah, alors dans ce cas c’est vachement bon! »

N'OUBLIEZ PAS VOTRE CADEAU!
Rejoignez les plus de 1'500 abonnés à ma boostletter hebdomadaire et recevez GRAUITEMENT mon guide numérique "3 habitudes qui vont changer votre vie"
Vos données ne seront jamais transmises à des tiers
14
Vous aimez? Partagez! Share on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Il n'y a pas encore de commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *